Trepalovia

La vie n'est qu'un jeu... Mais quand celui-ci se transforme en cauchemar, les esprits s'éveillent
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quelque part, parmis les ruines...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charles
Invité
avatar


MessageSujet: Quelque part, parmis les ruines...   Dim 13 Nov - 20:48

Seul, à l'ombre d'un grand bloc de granit noir, Charles Ray était assis et, nonchalament, affutait son poignard. De temps à autre, quelques étincelles apparaissaient et éclairaient quelques instant le visage de l'homme d'une lueur dorée avant de s'éteindre doucement. Celui-ci souriait d'un air calme, regardant de temps à autre le paysage de ruines qui se trouvait autour de lui. Il n'y avait pas très longtemps qu'il était arrivé dans le monde de Trepalovia et, déjà, il s'y plaisait beaucoup plus que dans cet endroit ignoble et ennuyeux qui était supposé être la réalité.

Cela devait faire deux ou trois jours qu'il était coincé ici pour de bon, que le bug du jeu l'avait emprisonné. Enfin... deux ou trois jour, selon l'heure de cet endroit. Dans ce qui avait été le monde réel, celui qui s'appellait autrefois Sam Kramer aurait été incapable de dire combien de temps avait passé. Peu importe... Personne ne se souciait de lui là-bas, et lui-même ne se souciait de personne. Dans l'ancienne réalité, il n'avait pas d'amis... pas plus qu'il n'en avait ici d'ailleurs. C'était sans importance. Il n'était pas venu ici pour se faire des amis après tout.

Car, en fait, à part être des boulets, quelle était l'utilité de ces choses que l'on appellait "amis"?

Enfin, peu importe... Rangeant son poignard, l'homme se mit à somnoler doucement. Il se sentait tellement bien ici... Sentant un faible vent sur son visage, il ferma les yeux à demi. Il se sentait complêtement calme, comme si rien n'aurait pu lui arriver, ce qui était pourtant le contraire dans un endroit rempli de brigands. En fait, il se trouvait dans cette sorte d'état euphorique depuis ce matin, alors qu'il avait commis son tout premier meurtre. Le type n'était qu'un paysan, un imbécile qui, tout comme lui d'ailleurs, était de niveau un. Rien de bien noble, d'accord, mais il fallait toujours commencer quelque part. Il l'avait tué en peu de temps, l'avait frappé à quelques reprises dans le ventre avant de l'égorger pour de bon.

Sur le coup, Charles avait été comme hypnotisé par le réalisme du jeu, des moindres effets. Le sang lui paraissait tellement vrai... C'était comme s'il avait vraiment tué. Quoique... actuellement, avec ce bug qui emprisonnait les gens dans le jeu, c'était peut-être le cas. Sous l'effet de cette pensée, le tueur se mit à rire de bonheur. Sa nouvelle vie venait tout juste de commencer et déjà, il s'y plaisait tellement! Pas de loi, pas la moindre restriction... Il pouvait enfin tuer, faire souffrir les gens et personne ne pourrait l'en empêcher!

Un faible grondement sourd vient le contredire. Évidement, il devait tout de même manger... et maintenant, il avait faim. Bien entendu, il n'avait pas avalé depuis hier soir... Se redressant, il lança un regard blasé à un oiseau qui s'était posé un peu plus loin. Un vulgaire corbeau. Il n'y avait rien dans un corbeau, pas la moindre viande, il l'avait appris à ses dépends quelques heures plus tôt lorsqu'il en avait tué un. Se relevant à contrecoeur, Charles Ray enleva un peu de poussière qui s'était posée sur ses vêtements puis, d'un pas résigné, se mit à marcher à travers les ruines, à la recherche de nourriture... Avec tous les animaux qui se cachaient dans le coin, il finirait bien par trouver quelque chose, pas vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Arzuhra
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Date d'inscription : 13/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Lun 14 Nov - 18:51

En ces contrés hostiles, le voleur n'était pas le seul à chercher de la viande à se mettre sous la dent et Arzuhra faisait partie de ceux ci. Elle avait même marcher jusqu'à ce territoire ci, le pays des hommes ou toutes ces bestioles que sont les humains grouillent comme des fourmis. Un endroit cependant était à l'écart de la foule et c'était celui ci que la drox avait choisi comme terrain de chasse. Malheureusment, l'elfe était plus douée pour combattre des guerriers plutôt que de chasser les bestioles. Elle en avait louper trois tout à l'heure et s'était rendue compte que sa présence n'arrangeait pas sa technique de chasse. Il fallait ruser maintenant et c'est pour cela qu'elle avait descider de construire un piège, certes grossier et rudimentaire mais au moins elle était presque sure 'attraper quelque chose.

La preuve, elle se tenait tapie dans l'ombre en train d'observer cet animal qui ressemblait vaguement à un lapin, un poignard à la main histoire de lui sauter dessus vite une fois qu'il serait pris au piège. Il approchait si prés de la corde qu'elle cru un instant qu'il allait s'y prendre mais un bruit de pas fit dresser les oreilles de la bestiole qui détalla comme un lapin (c'est le cas de le dire) en voyant s'approcher une silhouette.

Et merde! Encore un de louper et tout ça à cause d'un type qui n'avait rien à faire là. La drow était toujours cachée dans l'ombre et donc peu visible sauf si on y pretait grande attention alors elle eu tout le loisir d'observer à qui elle avait affaire: un humain. Ca n'avait rien d'étonnant mais ce n'était pas pour autant qu'elle était ravie de cette présence. Son ventre réclamait de la viande bien saignante et lui il la faisait détaller...comme si ce n'était pas assez horrible d'etre coincé dans ce jeu!

Bien descidée à ne pas se laisser faire, elle se releva brusquement, gardant sa lame bien serrée dans sa main puis elle interpella l'individu génant.

"Hey toi là! J'ai deux mots à te dire! tu as fait fuir mon gibier sale humain!"

Elle s'étonna elle même des mots qu'elle venait d'employer...sale humain...dans el fond elle était elle même humaine mais son cerveau semblait l'oublier de plus en plus maintenant qu'elle était coincée dans le jeu...mais bon, peu importait, il fallait résoudre le problème suivant. Elle reprit donc d'une voix agressive :

"Tu crois que tu vas t'en tirer comme ça? Ca fait au moins trois heures que j'attend que ce truc se fasse piéger et au moment ou il s'apprete à se faire prendre tu me le fait détaller!"


Aussi stupide que cela puisse parraitre, Arzhura était bien descidée à le saigner si il ne trouvait pas quelque chose d'intelligent à dire pour sa défense...es ce que les humains avaient bon gout?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lndex.deviantart.com/
Charles
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Lun 14 Nov - 19:14

Apercevant la drow qui se dressait à présent devant lui, Charles leva un sourcil d'un air surpris. Il ne l'avait pas entendue, ni même aperçue avant qu'elle ne se montre... Bon sang, il devait vraiment être plus prudent maintenant... Après tout, il n'était que de niveau un pour le moment et une vie était si rapidement perdue! Surtout que, à présent qu'il était coincé dans ce jeu, qui pouvait dire ce qui lui arriverait s'il mourrait? Peut-être perdrait-il vraiment la vie, qui sait? Méfiant, il se mit à observer le moindre des gestes de la femme, cherchant à deviner quel genre de personne pouvait bien se cacher derrière ce personnage. Car ce n'était pas parce que son personnage semblait menaçant qu'elle l'était réellement, pas vrai?... Si ça se trouvait, il ne s'agissait que d'un enfant qui voulait s'amuser à jouer les forts. Quoique... Il valait sans doute mieux ne pas prendre de chance pour l'instant. Il parla donc d'un ton calme lorsqu'il répondit à la drow:

- Hey! Self-control tout de même! Je ne pouvais pas savoir que tu étais là. (il remarqua une lueur étrange dans les yeux de l'inconnue) Et puis arrête de me regarder comme si j'avais l'air d'un steak, tu veux? J'suis pas comestible.

Il se tut un moment, prenant légèrement conscience du fait que son language ne faisait pas très "RP". L'homme regarda autour de lui. Il n'y avait personne... Peut-être qu'avec un peu de chance, il pourrait la tuer? Ce serait facile s'il arrivait à l'avoir par surprise... Il n'avait qu'à lui trancher la gorge, puis à l'achever par quelques coups de poignards dans le ventre, pas vrai? Oh, si seulement il avait pu savoir quel était réellement le niveau de force de cette ennemie!... Peut-être qu'en essayant de la mette un peu en confiance, il pourrait faciliter son attaque. Mettre une drow en confiance, voilà qui semblait un peu absurde, n'importe qui aurait pu le dire... Mais, après tout, Sam Kramer n'avait que très peu d'expérience dans le monde des jeux de rôles et ne savait pas grand chose des autres races. Et puis, de toute façon, il suffisait d'essayer, pas vrai? Peut-être que cette femme n'était pas aussi hostile qu'elle en avait l'air. Se sentant pourtant complêtement stupide en prononçant ces mots, il demanda simplement:

- Je peux savoir ton nom?


Dernière édition par le Lun 14 Nov - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gauss Fi
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Lun 14 Nov - 21:48

J’ai parcouru montagnes et vallées, terrains escarpés et prairies , quelquefois à la marche , quelquefois à la course , en ne m’arrêtant que lorsque la fatigue exerçait sur mes paupières une emprise telle qu’elles ne pouvaient plus se débattre, essoufflées par les nombreuses heures qu’elles avaient passées à fixer l’immensité de Trepalovia , combattant férocement le soleil de midi, et à jeter des regards furtifs de tous les côtés, ou quand mes jambes se mettaient à fléchir dangereusement, incapables de supporter mon poids plus longtemps. Cela n’a pas été facile! Je n’ai prit que quelques minutes de sommeil. Je savais que je devais perdre le moins de temps possible. Ainsi, je me suis retrouvé à la frontière avant que le soleil ne soit détrôné par la lune , un véritable exploit ,si on prend en compte mon embonpoint , ma taille et ma musculature qui m’empêchent de me mouvoir aussi rapidement que je le voudrais.

Je suis maintenant sur les terres d’Algarà ,le pays des hommes ,ceux que je dois prévenir de l’arrivé de l’armée de gobelins ,espérant ainsi réduire le nombre de morts. Je crois que c’est le moment idéal pour prendre mon identité humaine, mon ingénieux déguisement. Tout en jetant des regards de tous les côtés ,afin de vérifier que nul n’est en mesure de me surprendre, je me transforme. Un étrange rayon verdâtre ressemblant étrangement à un courant électrique parcourt mon corps et… hop! Je maigris , mon poil disparaît , mes cornes s’évaportent ( Métaphore, bien sûr)… Bonjour à toi, Figaero! Je suis si excité à l’idée d’avoir deux identités!

J’admire mes paumes , fasciné comme un enfant, mes fantastiques mains de roi , parfaites , sans poils ,mes doigts ni trop gras ni trop maigres , ni trop courts ni trop longs… Ah… Je touche mon visage avec précaution , comme si il avait s’agit d’une poupée de porcelaine. Il est symétrique… trop symétrique. On aurait dit qu’il avait été sculpté par un grand artisan , détaillé par un architecte de haute renommée. Après avoir longtemps "exploré" mon nez , mes mains se posent sur mes cheveux blonds comme le blé ,doux comme de la laine de mouton et sentant la rose. Je ne doute pas ,à toucher ainsi mes traits ,que j’ai l’apparence d’un grand aristocrate.
Avec pour seul matière première ma matière grise , je cherche à bâtir à ce cher Figaero une personnalité bien à lui, quelque chose qui le rendra unique. J’ai toujours été bon acteur, alors je n’aurai pas de problème à jouer la comédie. La preuve, j’ai passé des jours dans la peau d’un gobelin successible ,tordu et quelque peu psychopathe ,apportant des idées plus farfelues les unes que les autres. Enfin… Allez, Jess, réfléchis… Tu ne manques pas d’imagination!

Figaero ,c’est le nom d’un capitaine d’armée, de la crème des soldats , du plus grand et du plus fier guerrier de l’histoire! Il pourrait être un chevalier sans peur et sans reproche ,prêt à tout pour sauver une gente demoiselle des griffes d’un dragon aux ailes d’envergure impressionnante ,ou de se porter au secours d’une ville menacée par des orques affamés! Les Titans ne seraient pour lui que de vulgaires mouches et les démons, des jouets pour enfants.

Ou alors, un grand roi. Le plus noble des seigneurs , un grand intendant, un homme aux manières exquises , aux gestes gracieux et aux phrases trop bien articulées et aux discours poétiques, qui ne serait en réalité q’un amoureux du jeu , un accro de l’argent , le plus vaniteux des hommes!

Non… Pourquoi pas un… Non… Ou un… encore non… Mon visage s’éclaircit soudain , une lueur passe dans mes yeux, j’ai un léger haussement de sourcils et je m’écrie : "Euréka!"
J’ai enfin trouvé! Figaero sera un homme aux allures faux mondaines ,certes, mais il sera aussi un passionné et un vantard qui n’hésitera pas à se dire l’auteur de grands exploits , à se lancer des fleurs et qui affirmera, à qui voudra bien l’entendre, qu’il est le plus grand et des plus fier guerriers que ce monde est connu , alors qu’il n’est , en réalité, qu’un trouillard ne pensant qu’à s’enfuir de ce jeu débile. Ah… Très bien! J’adore! Bravo ,Jess!

Maintenant ,je dois faire attention. Je m’apprête à pénétré dans le repère des pires bandits de Trepalovia , et je dois faire preuve de doigté et de diplomatie si je veux les rallier à ma cause. Ils sont probablement d’alignement mauvais, mais je doute que les gobelins y feront attention lorsqu’ils entreront sur leurs terres en cherchant vengeance.
Je m’avance en tentant de me faire aussi discret qu’un elfe, chose très ardue ,car le nombre de débris longeant le sol est impressionnant! Aucun doute, ce sont réellement les restes d’un ancienne ville qui ,autrefois, devait avoir des proportions extraordinaires (Mais que dis-je! Nous sommes dans un jeu… Cet endroit n’a probablement jamais été une ville. ). Avec précaution , je sors l’épée de mon fourreau ( Oui. Car , sous cette apparence , mes griffes disparaissent et mon arme devient une épée aussi longue que mes jambes. ) . Ici ,le soleil s’infiltre timidement, comme si il n’osait pas déranger la plénitude régnant dans ce lieu sinistre, morbide à souhait, ce repère de voleurs et de brigands qui n’hésiteront pas une seconde à me dépouiller si je leur en donne l’occasion. Un bruit attire mon attention… Ce n’est qu’un corbeau qui essaie désespérément de trouver un peu de nourriture.

- Tu devrais aller chercher plus loin , noble volatile. Les sources de nourritures semblent être rares dans cet endroit à l’architecture éclatante!

Je ris intérieurement. J’adore ce personnage que j’ai inventé de toute pièce! Le corbeau, quant à lui , ne rit pas du tout. Au contraire, il me regarde d’un air étonné, comme si il avait peur pour ma santé ,pour mon bien-être , se demandant probablement si je suis fou.

- Ah, je suis d’accord avec toi ,petit seigneur des air .Dis-je. Un peu de peinture et quelques pots de fleur donneraient une touche plus joyeuse à ce chemin sinueux ,mais cela n’est pas à nous ,aussi nobles que nous pouvons être - et Dieu sait que nous le sommes!-, de juger des goûts des habitants de cette région. Si ils aiment ce genre de décoration , nous devons nous y plier ,comme nous devons aussi nous soumettre à leurs rites et coutumes , à leur langue et à leurs espoirs. Qui sommes-nous pour juger des gens? Pour les attaquer sur les envies? Allez, dites-moi. Oui, vous , cousin des dragons!

Cette fois, je crois l’avoir achevé , le pauvre oiseau ,car il décolle si vite qu’il en laisse tomber quelque plumes noires comme l’ébène. Je ris de bon cœur, puis continue mon chemin. Cette discussion m’a fait perdre un temps précieux ,et il n’en tient qu’à moi de rattraper ce que j’ai perdu! C’est ainsi que je marche à travers les ruines ( En fait, la notion de marcher est relative. Est-ce que je marche? Personnellement, j’ai l’impression de gambader joyeusement dans la campagne, mais ce n’est que mon humble avis. ) .

- Hey! Self-control tout de même! Je ne pouvais pas savoir que tu étais là. Et puis arrête de me regarder comme si j'avais l'air d'un steak, tu veux? J'suis pas comestible.

Je me retourne d’une pièce, tendant mes oreilles et mon arme pointée devant moi. Je regarde à gauche… rien. Je regarde à droite… toujours rien. D’où cette voix peut-elle bien être venue? Je crois entendre des bruits non loin d’ici. Je me rends alors compte que j’ai les pieds sur ce qui était autrefois une tour. Je me penche pour regarder en-bas ,et j’aperçoit alors deux… brigands. Probablement des voleurs ,car ils ne semblent pas avoir un niveau très élevé… Ou des guerriers? Bref, je décide d’agir sans attendre, voulant regagner le temps que j’avais perdu à discuter avec le corbeau. Je saute en bas de la petite tour et ,comme je m’en doutait, celle-ci n’étant pas très haute, je retombe sur mes pieds sans me faire trop mal.

- Bien le bonjour ,noble escroc et gente-dame au teint drowifique! Formidable journée, n’est-ce pas? Glorifions le soleil ,car il brille sous nos têtes! Ô ,incandescente clarté qui triomphe sur la lune! Oh, mais je vous prie de ne pas croire ,mes seigneurs , que je n’aime pas la lune! Oh que non! Ô , vénérable lune! Que Dieu te bénisse , astre olympien , et qu’il te permette de faire briller tes enfants sous nos têtes durant les siècles à venir , car nous en auront bon besoin!

Tout en parlant ,je faits des gestes démesurément exagérés.

- Revenons à nos affaires , magnanimes étrangers. Je me présente : Firaego , à votre service. Mon épée est votre , et je puis oser espérer que cela est réciproque. Enfin , je suis bien aise de rencontrer d’aussi nobles gens ,car j’ai certaines choses à vous confier , moi qui viens tout juste de me mesurer à tout un régiment de gobelins haineux qui se dirigent par ici! Bon nombre ont péris sous la lame de mon épée…

Je donne un coup d’épée d’en le vide ( Un coup avec du panache ,de la classe. Un coup comme seul un grand escrimeur peut le faire! ) , simulant de transpercer un gobelin.

- …et j’ai passé tout prêt de me faire égratigner par la griffe d’une de ces créatures! Certains ont même succombés aux coups de pied que je leur assénait tout en leur opposant mon épée ,de la main droite , et mon poing de la main gauche! Bref, le but de ma visite n’est pas de me vanter de quoi que ce soit, mais de m’assurer que vous… Commençons par le début, si vous le voulez bien. Dites-moi donc quels sont vos noms ,que je sache comment appeler les fiers guerriers que vous êtes.

J’essaie de m’imaginer leur surprise de voir un inconnu surgir des airs , leur parlant comme s’il s’adressait aux conseillers du roi lors d’une grande assemblée , habillé comme un noble et gesticulant comme un roi , un sourire accroché sur ses lèvres, en disant long sur sa personnalité (" Regardez-moi ,je suis ici! Vous me voyez? Je suis bien meilleur que vous , voilà la réalité!" ) , et marchant sans cesse de gauche à droite, comme si il avait peur de geler si il s’arrêtait de bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Stalers d'Axzhilmar
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : Dans le Serveur
Date d'inscription : 26/10/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Mer 16 Nov - 2:12

Il y a désormais une semaine ... peut-être deux. Je ne sais plus. Je pourrais aussi bien dire que je suis ici depuis trois mois mais, ça ne m’avancerais à rien. Je ne suis que niveau trois. Seulement ? Je ne comprend pas comment je me suis rendu niveau trois en si peu de temps. Je suis impressionné tout d’abord par moi-même, j’entends par là mon personnage que j’appelle désormais moi et aussi par le monde que les créateurs nous ont offerts. Il est plus qu’immense. Il est gigantesque, mystérieux ... Il dépose en moi un sentiment d’inquiétude, comme si je savais que le lendemain, je partirais de chez moi pour longtemps, très longtemps. Mais en y pensant mieux, peut-être n’est-ce pas le monde de Trépalovia qui me donne cette impression ? Je suis réellement partie de chez moi ... Depuis quand ? Aucune idée .... Mais, ce n’est pas le plus important ... il est plus important de trouver de la nourriture car, au niveau trois ... peut-être quatre je ne sais pas, la nourriture est dure à trouver. Je marche depuis maintenant deux nuits. Ici, je crois qu’on dit des lunes mais ... Enfin ... Je marche depuis deux lunes. Pourquoi ? Je me le demande aussi si ce n’est que pour trouver à manger ... Je parle aux fermiers ... je leur rends services, ils m’offrent un souper et le gîte et le lendemain, je recommence. Toujours la même routine, ennuyante, décevante ... Pourtant, qui aurait cru que ce jeu était si réaliste ? Qui aurait pensé à rajouter les crampes, l’envie de pisser ou encore, la sueur ? Non. Personne de sensé ne mettrait ça dans son jeu ! Je crois plutôt que le jeu est fait pour reconnaître les désirs du joueur. Ainsi, si je veux pisser dans la réalité, je vais devoir pisser dans le jeu. Stupide idée.

Mes bottes me blessent les pieds. Depuis le temps que je marche, je dois avoir de grosse bosse à la place de mes grands pieds qui ont toujours été trop grand pour mes souliers. J’essaie d’endurer la douleur mais c’est tellement plus facile à dire qu’à faire. Et d’abord, pourquoi je me suis remis à marcher ? J’aurais très bien pu rester avec le monsieur, sa femme et son fils ! Je m’entendais bien avec eux. J’aurais eu une chambre, j’aurais travaillé pour lui, j’aurais mangé comme un roi chaque soir ... Mais non, moi et ma grande gueule j’ai répondu :


-Merci de votre hospitalité monsieur mais, je trouverai bien un endroit ... Et je ne voudrais pas vous importunez ...

Comme si sa les dérangeaient que je reste ! Il me l’a offert ! C’est décidé, la prochaine personne qui m’offre une maison va avoir à s’occuper de moi le restant de sa vie. Combien de temps, au fait, dure une vie de PNJ ? Faudrait demander ... Mais comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas important pour l’instant. Tout ce qui est important, c’est de trouver un foyer, une maison ... Héhé, facile à dire encore une fois. Sa fait deux jours ... Deux lunes que je marche ! A dire que je suis dans une impasse. Je peux aussi bien avoir franchi la limite du monde ... Je suis prêt a parier que si je me retourne, je vais marcher vingt minutes avant de retrouver la maison du vielle homme. Mais je ne me retournerai pas. J’ai trop d’honneur, je suis trop fier. Mon orgueil est fort. Ma mère me le disait étant plus jeune. Maintenant quel est morte, elle ne me le dis plus mais, je ne peux faire taire sa voix dans sa tête. Mais bon ... J’ai fait mon deuil. Il est important de passer à autre chose comme, trouver à manger. J’ai l’impression que je ne suis pas le seul à avoir faim. Autour de moi, des gens que je ne connais pas ... pas encore, meurent de faim ... Encore une fois, je dois faire face à un problème très, pour ne pas dire extrêmement, grave. Si je ne trouve pas de nourriture, vais-je mourir ? Dans le programme qu’est Trepalovia ? Ou dans la vrai vie ? ... Vivre dans l’ignorance ... Voilà que je ne peux tolérer. Un jour, quand je serai sortit, si jamais j’en sors ... vivant ! Je vais aller dire ma façon de penser aux concepteurs.

Au loin, j’aperçois une sorte de gros débris. Probablement un mirage ou, encore une fois, la limite du jeu. Je dis encore une fois mais ... c’est uniquement la première fois. Il m’arrive régulièrement d’utiliser des termes dont la signification m’échappe ou tout simplement inadéquat, comme à l’instant. Enfin, après m’avoir frotté les yeux, je ne peux plus douter de ma vision. Il s’agit belle et bien d’ancienne ruine. Encore une fois, je dis ancienne en sachant très bien qu’ils n’ont jamais été ancienne ... Mais pour le bien de mon personnage, je fais taire Markas et laisse place à Stalers qui est ... Un peu plus discret que moi sur les manières d’agir devant l’inconnu, l’incertitude. Les ruines sont sans aucun doute les vestiges d’une ville perdue. Je vois l’attaque des orques, la fuite des hommes, l’acclamation d’un chef orque et, deux croissants de lune plus tard, la mise à mort du chef qui précède la destruction total de la cité. Pourquoi ? Le chef ne faisait pas son boulot comme l’avait prévue ses laquais. Et de toute façon, pourquoi un chef devrait-il faire ce que les autres veulent ? Lui seul à le pouvoir ... Qu’il en use comme bon lui semble et qu’il flagelle le premier à le contredire. Mon côté rebelle a toujours été fort mais, depuis mon emprisonnement, comme je l’appelle parfois, j’essaie de plus en plus à me contrôler. Stalers est d’alignement bon et, je ne voudrais pas à avoir à sortir de mon personnage. Plus je me rapproche, plus je me dis que la nourriture y sera abondante ! Je sens déjà le doux parfum du porc sur la braise. Miam, je m’en lèche les babines.

Mais, je suis très déçu de voir que les corbeaux ont déjà passé à table. Le corbeau que je vois s’envoler ne présage qu’une mine à sec. Pas même une miette de pain. Maintenant que j’y suis, je trouve idiote mon idée de trouver à manger dans cette ruine puante et bruyante. Bruyante ? Une ruine ne peux pas être bruyante ... De toute évidence, une, ou plusieurs, personne à eux la même idée que moi. Soit, trouver à manger dans une fosse aux vautours. Heureusement, je n’en repère pas l’ombre. Mais cela n’éclairci pas ma question. Qui est à l’intérieur des décombres de l’ex-cité ? Des brigands ? De nobles marchands ? Aucune idée. Je doute pouvoir deviner. Il y a tant de possibilité. Presque autant qu’il y a de nombre. Non, impossible. Je secoue ma tête et me rapproche toujours plus subtilement de la ruine. Une odeur de poussière et de chaire m’envahit les narines. Bon présage ? Encore une fois, je reste muet devant ma propre question. Vais-je découvrir quelqu’un ? Quelque chose peut-être ? Je plisse les yeux et entre dans les décombres par ce qui me semble être un portail effondré. Je longe un mur en restant le plus discret possible.


- …et j’ai passé tout prêt de me faire égratigner par la griffe d’une de ces créatures! Certains ont même succombés aux coups de pied que je leur assénait tout en leur opposant mon épée, de la main droite, et mon poing de la main gauche! Bref, le but de ma visite n’est pas de me vanter de quoi que ce soit, mais de m’assurer que vous… Commençons par le début, si vous le voulez bien. Dites-moi donc quels sont vos noms, que je sache comment appeler les fiers guerriers que vous êtes.

Cette bribe d’information ne m’indique malheureusement pas de quoi il s’agit. Je parle de la créature bien entendu. Mais comme je me pose plus sérieusement la question, je me rends compte que c’est le dernier de mes soucis. Pour l’instant, il me faut trouver à manger. Peut-être l’homme à l’interlocuteur invisible a-t-il de la bouffe sur lui. Je ne dirais pas non à une bonne cuisse de griffon. Surtout pas de la viande de dragon ! Je sais parfaitement, aussi renseigner le suis-je, que la viande de dragon est très dangereusement empoisonnée. N’importe qui mourrait à son touché même si un rumeur cour qu’elle est excellente malgré le fait qu’elle tue tout simplement. Encore une fois, je me rends compte que je divague. Je secoue la tête et me concentre de nouveau sur ma quête ... Soit celle de survivre. Je profite donc du léger bruit du monsieur si ... Captivant pour me faufiler dans l’ombre, histoire d’avoir une meilleure vue. Combien suis-je surpris de voir que l’homme au cheveux pâle n’a pas un mais deux interlocuteurs. Le premier est petit et maigrichon, ce qui me fait penser qu’il n’est pas dangereux. L’autre, une femme, a la peau sombre et des yeux perçants. Caractéristique des drows, je prends une seconde à comprendre ce qu’elle est. Dès lors, une foule de question se bouscule dans ma tête qui me faisait déjà assez souffrir avant. Deux hommes discutant avec une drow. Que cela voulait-il bien dire ? Présage de mort ? J’en doute fortement. Non ... Je crois plus qu’il s’agit d’un complot. Un complot visant mes réserves de nourriture. Bien sûr, je n’en ai pas mais il ne me faudra pas longtemps avant d’en trouver. Une fois de plus, je secoue la tête. Le manque de nourriture me fait divaguer. Je perds la boule. Je me ressaisie pour mieux comprendre ce qui ce passe.

Deux hommes ainsi qu’une drow parlent. Que faire ? Je suis absolument certain que ces vermines sont d’alignement mauvais. Qui viendrait ce cacher dans de pareil endroits ? Une personne comme Stalers, qui cherche à manger. Je fais, une fois de plus, taire la voix dans ma tête et entreprend d’escalader le petit muret à ma gauche. Bien que de hauteur moyenne, le manque de trou me donne du fil à retordre. Sans trop de bruit, je réussi à me glisser au sommet de la corniche pour espionner ceux qui seront peut-être mes futurs adversaires. Je me couche sur le ventre et me rapproche le plus possible du coin, sans faire de bruit, encore une fois. Je ne jette pas de coup d’œil, de peur de me faire repérer. Je reste donc à bonne distance de tout danger. Bientôt, je regretterai ma position à l’ombre. Totalement découvert, le soleil ne tardera pas à être à son plus haut. Alors j’aurai chaud. Très chaud. Dans ma main je serre une poigné de sable. À mon grand regret, de petit grain de sable tombent. Pas beaucoup mais assez pour qu’une drow le remarque. Je dépose ma main sur la garde de ma lame en espérant ne pas avoir à l’utiliser. Une fois de plus, je me suis mis dans une sacrée position. Prit entre un charlatan, un petit maigrichon et une drow, je doute fortement pour ma santé dans les minutes à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzuhra
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Date d'inscription : 13/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Jeu 17 Nov - 18:54

[ Waw faut que je me motive pour faire un message correct Shocked ]

Arzurha avait froncer les sourcils en écoutant les mots du voleur. comment ça il n'était pas comestible? Si, forcément vu qu'il était humaine t puis si elle le bouffait ça ne serait même pas du cannibalisme mais c'est vrai que l'idée de devoir le dévorer la dégoûtait un peu surtout qu'il était bien maigrichon et qu'elle doutait vraiment qu'il puisse lui apporter assez de viande pour survivre...mais alors qu'allait elle bien pouvoir faire de lui maintenant? C'est vrai quoi, il avait bousiller sa seule chance de manger et il allait rester impuni? Ca jamais!

A la place d'une réponse, c'est un grondement sourd qui sortit de la gorge de la drow et ça n'avait rien de très rassurant à vrai dire surtout vu le regard assassin qu'elle lançait au voleur. Elle 'n’avait qu'une envie : lui ouvrir l'estomac, lui déchirer les entrailles, le dépecer et donner ses restes aux corbeaux puisqu'aprés tout il ne lui était d'aucune utilité : la preuve il ne semblait pas avoir la moindre nourriture sur lui et qu'es ce qu'un gars maigrichon pourrait faire pour elle? Sûrement pas grand chose. Cependant, c'était encore trop tôt pour le tuer enfin plutôt qu'elle s'apprêtait à sortir sa lame mais il lui posa une question. L'elfe arqua les sourcils d'un air étonné puis elle s'immobilisa tout d'un coup.

Son nom? mais qu'es ce que ça pouvait lui faire le nom qu'elle portait? Et puis, de plus, ça n'avait vraiment pas la moindre utilité dans ce genre de moment. Bizarre ce gars quand même. Arzuhra ne répondit pas pour autant et se contenta de la fixer avec des yeux mi-agressif mi-étonnés. Un charmant mélange qui lui donnait un air un peu con sur le moment mais cet air fut vite détrôné par de nouveau la surprise parce qu'un individu sortit de nul part aux cheveux blonds et à la peau clair venait de faire irruption. Il était richement habillé et sa façon de parler laissait penser qu'il était noble ou quelque chose comme ça.

Son discours eu vite fait d'énerver la drow non seulement parce qu'elle ne comprenait pas pourquoi il avait besoin d'utiliser un tel langage devant de personnes qui n'avait pas du tout mais alors pas du tout l'air de descendance noble mais aussi et surtout parce qu'il avait déballer un nombre incalculable de paroles que la drow n'avait écouter qu'à moitié pour finalement leur demander leurs noms. elle avait une furieuse envie de lui trancher la tête tout comme à l'autre d'ailleurs; pourquoi fallait il que les gens débarquent aux moments les plus tendus? Le premier avait fait fuir sa proie et le second avait sans doute fait fuir tout le reste des créatures comestibles à un kilomètre à la ronde avec tout le vacarme qu'il avait fait! Elle gronda à nouveau avant de dégainer une de ses armes : une épée fine et longue joliment décorée au niveau de la garde et qui semblait avoir été aiguisée il y a peu. Elle la laissa cependant pendre le long de son corps mais fermement maintenue par sa main.

Mais rapidement elle s'avança vers le nouvel arrivé et eu vite fait de placer la lame tranchante juste sous son cou. La fatigue, la faim et ce gars là...tout ça l'avait mit sur les nerfs donc pas étonnant qu'elle réagisse ainsi.
Et pour la première fois, la drow parla ou plutôt rugit parce que ses paroles n'avait pas un ton très sympathique en fait :

"Tu veux vraiment connaître le nom de celle qui t'étripera? saleté d'humain , maintenant à cause de toi je suis sure de mourir de faim, comme si l'autre crétin n'avait pas suffit... tous des abrutis doublés d'handicapés c'est incroyable!"

Juste après cela son estomac se mit à gargouiller furieusement, on aurait même pu croire qu'une ignoble créature était entrain de lui déchirer les organes...mais non, c'est juste son estomac qui criait famine!
Sa crédibilité en avait sûrement prit un coup mais qu'importe, elle restait toujours menaçante et sa lame n'avait pas bouger, caressant lentement ce cou blanc qui s'offrait à la vue de la drow.
Bien que la chair humaine ne soit pas un met qui lui mette l'eau à la bouche, elle avait tellement faim qu'elle aurait été prête à le tuer surtout que sa lame était si prés et qu'il suffisait de quelques centimètres avant de pouvoir arracher la chair avec ses dents...oui, la faim peut rendre les gens fout c'est vrai!

Mais...un bruit léger, très léger parvint à ses oreilles. D'ailleurs l'une d'elle bougea un peu à l'écoute de ce son comme celle d'un chat puis elle leva les yeux pour tenter de découvrir la source de ce bruit...et là...surprise!!!! Un autre humain!
Ho non, pourquoi fallait il que le sort s'acharne contre elle? Trois humains en moins de cinq minutes c'était trop., beaucoup trop.
Sa première réaction fut de faire trois pas en arrière, abandonnant alors sa lame hors du cou de son potentiel repas. Cependant elle brandit son épée devant elle histoire de les dissuader tous les trois de l'approcher même si à trois contre un ça risquait de ne pas être facile...sauf si ils étaient tous au niveau un mais Arzuhra en doutait fortement.

"Mais c'est une conspiration ou quoi? Je cherche à manger et voilà que tout un tas de gens hostiles font fuir ma nourriture et polluent mon champs de vision beurk!"

s'en suivit un long gargouillement qu'elle essaya d'amoindrir en pressant sa main droite (elle est gauchère) contre son ventre. Non, vraiment elle ne comprenait pas pourquoi il y avait autant d'humais tout d'un coup, ça lui faisait un peu froid dans le dos parce qu'elle commençait à imaginer toute une horde d'humains venir l'encercler...pourtant elle n'avait rien fait pour les aimanter comme ça...étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lndex.deviantart.com/
Gauss Fi
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Ven 18 Nov - 22:45

Et bien, j’espère avoir fait bonne impression. Mes discours longs comme deux mille hommes et l’air hautin que je me donne sont estomaquant. Je me savais que bon acteur, mais de là à entrer complètement dans la peau de mon personne ,de ne faire plus qu’un avec lui…

Enfin… cette jolie petite drow dont les cheveux blancs tombent derrière le dos en une ravissante cascade ne semble pas voir ma présence d’un très bon œil. En fait, dire qu’elle ne m’apprécie pas ne serait pas très approprié à la situation tellement elle paraît me détester. J’en viens même à me demander si elle n’a pas envie de me couper en rondelles pour donner mes restes aux chiens! Espérons que non, car ces pauvres chiens auraient à se satisfaire d’une viande de très mauvais goût , moi qui me suis ,pendant quelques jours, alimenté de plats typiquement gobelins plus dégoûtants les uns des autres.

Je ne doute pas qu’elle ait un niveau relativement élevé. Cette elfe noir semble sûre d’elle, confiante, très à l’aise au corps à corps et très expérimentée. Mieux vaut ne pas la chercher…

La lame qui se dépose sur ma gorge me ramène à la cruelle réalité (Mais peut-on réellement qualifier cet endroit de réel? ). Les drows sont parfois si susceptibles! Un rien les met en rogne , que ce soit quelques mots, un geste des plus anodins ou des yeux mal placés. Dix-huit vers d’à peine onze syllabes chacune et ,déjà, elle me porte en aversion! Quel caractère ,vous dis-je ,quel caractère! Je comprends maintenant d’où vient l’expression utilisée par certains de mes confrères goblinoïdes : « Avoir un caractère de drow ». Oh là ,là! Comme il est dommage de gâcher un si joli minois avec des allures barbares.

Bref, je suis dans une position plus qu’embêtante. Ce n’est pas que je crains pour ma chère vie , mais j’ai la peau fragile sous cette forme et je ne voudrais pas me lever demain matin
avec une irritation au niveau de la gorge… Enfin , cette elfe noir n’en a rien à faire ,de
l’irritabilité de ma peau! Oh, mais c’est qu’elle est froide ,cette lame. On dirait presque qu’elle a été forgée dans un cube de glace. C’est…morbide…

Comment se sortir de là? Je me demande si elle est aussi agile que moi… Sous ma forme goblinoïde ,j’ai de la difficulté à me mouvoir, mais ,en Figaero, c’est tout le contraire!

De la manière dont elle me regarde ,j’ai l’étrange impression d’être un steak , une simple source de nourriture dans ce lieu pourri. Le grognement sourd qui provient ( Je crois) de son ventre ne vient en rien me rassurer! Depuis tout à l’heure , je continue de lui sourire ,malgré son arme qui menace ma gorge, ma pauvre , innocente petite gorge. Est-ce par nervosité que je lui expose ainsi mes dents , par peur , par stupéfaction , ou par malice? J’ai moi-même de la difficulté à le savoir. En fait, je préfèrerais réfléchir à cette question assis à une petite table de bois, seul , dans une atmosphère calme et reposante, une tasse remplie de thé à la main, buvant sans presse le liquide chaud qui glisserait lentement le long de mon œsophage.

Trêve de plaisanterie! Il est temps de… Oh, mais pourquoi recule-t-elle? Prétextant qu’elle voulait me laisser une chance de combattre, je pose la main qui n’est pas occupée à tenir ma magnifique épée sur ma hanche, et ouvre ma bouche, parlant d’une voix suave, légèrement hautaine.

-Oh, si l’agilité était contagieuse ,j’attraperais la votre, charmante drow. Tout aussi rapide que mon corps svelte puisse être, j’aimais je n’ai réussi à égaler la vitesse du vautour qui ,comme vous ,demoiselle, fond sur sa proie sans que celle-ci ne puisse remuer un poil ,et ,avant qu’elle ne sache ce qui lui arrive, sa vie est déjà terminée et son âme ,jugée par les dieux. Ah, les dieux… Ils n’existent pas en ce monde, mais je dois dire ,en passant, que je me suis déjà mesuré à un géant !

Quel est le lien entre les dieux et un géant? Je ne sais pas ,mais j’avais envie de me vanter de choses que je n’ai même pas accomplies. Et puis, c’est tout à fait le genre de mon personnage. Non?

-Ah, quelle bataille c’était! Un coup d’épée par-ici un autre par-là…Cela a duré plusieurs jours ,vous savez, et , lorsque la lune apparut pour la troisième fois, renversant le roi soleil qui , le jour, veille sur le monde, la gigantesque créature était vaincue , humiliée par moi, Figaero… Ah ,je peux vous en donner plus amples détails ,si vous le désirez…
Revenir en haut Aller en bas
Charles
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Dim 20 Nov - 14:03

(HJ: Argh, quelle honte! Je n'ai pas posté depuis un bon moment! >_< Hum... décidéement, je vais devoir m'arranger pour passer un peu plus durant la semaine...)

Sans m'en rendre compte, j'ouvre de grands yeux étonnés lorsqu'un autre joueur surgit devant nous... un vantard qui semble tout à fait décidé à m'assomer définitivement à l'aide de discours des plus ennuyeux. Soupirant doucement et levant les yeux au ciel, je le laisse parler, bien que tout cela ne m'intéresse guère. Les dieux se sont donc ligués contre moi afin que je ne puisse tuer personne aujourd'hui? Comment pourrais-je tuer qui que ce soit sans être seul avec ma proie? Parce que, étant de niveau un, je n'allais tout de même pas me lancer dans une mission suicide en essayant de tuer deux ennemis à la fois...

Il était évidement que ce Figaero n'avait pas fait le moitié de cet qu'il prétendait... Tous ces exploits étaient de purs mensonges, oui, d'un bout à l'autre. Évideement, un sociopathe comme moi ne se laissais pas duper par de telles imbécilités, ça aurait été absurde. À force d'être souvent seul, j'ai bien appris les émotions des gens, les reconnaître, décoder les expressions... C'était facile au fond car, moi-même, j'ai dû apprendre à jouer cette comédie afin que l'on ne m'envoie pas en thérapie. Un homme sans le moindre sentiment, voilà ce que j'ai, quelquefois, l'impression d'être.... Ho, je ne m'en plains pas. Après tout, ce n'est qu'envers les autres que je ne ressens rien. Et puis, quelle importance? L'attachement envers les autrees n'est qu'une perte de temps et, pour moi, une façade pour dissimuler ce que je suis.

En retenant un sourire, j'observe la drow. Elle crève d'envie de me faire la peau, je le sais. Je peux le lire dans ses yeux, dans son visage... en fait, tout son corps transpire la haine et la colère. Une haine et une colère qui se retrouvent déviées vers le type vantard quand elle lui mets soudainement sa lame sous la gorge. Apparemment elle a la même opinion que moi sur ce gars: insuportable. Les gens qui passent leur temps à parler mais qui ne font rien, je les ai toujours méprisés.

Une voix au fond de mon esprit me souffle moqueusement que je suis moi-même "très vantard à tes heures, pour ton information..." Et alors? Au moins je n'emmerde pas les gens avec des discours! Je suis vantard mentalement, nuance. Je ne parle à personne de ce que je pense, moi. C'est aussi bien de toute façon car l'idée que les gens puissent savoir ce que je pense m'horrifie. Mais, peu importe car c'est c'est quelque chose qui n'arrivera jamais...

Puis, étonnemment, au lieu de tuer l'humain, la drow recule. Je laisse échapper un grognement exaspéré. Dommage... Elle aurait bien pu lui faire la peau, ça aurait peut-être un l'utilité de calmer un peu mes envies de tuer durant un moment, le temps que puisse m'échafauder un semblant de stratégie... Je m'adresse à elle:

- Vous auriez tout aussi bien pu lui trancher la gorge... Ça nous aurait évité un autre discours sans fin. (je me tourne vers le type qui avait recommencé à parler d'ailleurs, narrant encore de faux exploits et expliquant que "je peux vous en donner plus amples détails, si vous le désirez...") Écoutez, personellement, je m'en fiche. Vous n'avez rien fait de tout ça, ok? Je le sais. Alors soit vous arrêtez avec vos débilités, soit j'vous arrache les yeux. Vu?
Revenir en haut Aller en bas
Stalers d'Axzhilmar
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : Dans le Serveur
Date d'inscription : 26/10/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Lun 21 Nov - 23:06

Encore une fois, je ne me suis pas mis dans la position la plus confortable. Oh, bien sûr, je parle dans les deux sens. On dirait que je me suis couché sur une roche et j’ai terriblement mal au bassin. D’autre part, je sais très bien que la drow m’a repéré et qu’elle ne tardera pas à me faire suer. Ne me reste que deux solutions. La première est moins profitable. Je reste ici à attendre que les trois amis disparaissent et seulement ensuite je peux sortir. La seconde, je la chérie un peu plus. Je saute dans le tas. Sa me semble la solution approprié. Avant même que ma tête conçoive ce plan, je saute, d’un saut majestueux. Je n’ai jamais si bien sauté de ma vie ! J’effectue un léger salto arrière avant de retomber docilement sur mes deux jambes en avant du vantard qui venait de vanter ses mérites pour avoir tuer un soit disant géant, qui de toute évidence, n’a jamais existé.

De quoi j’ai l’air moi ? Debout entre trois guignols qui voudront m’arracher la tête au premier mouvement. Mais qu’est-ce que j’en sais moi ? Peut-être ne sont-ils pas aussi méchants que ça ... Peut-être si je discute avec eux ...

Mes yeux se pose sur l’arme prête à découper de la drow. Mon idée de parler n’était pas si bonne finalement. Devant tant de méfiance, la seule chose intelligente que je trouve à faire c’est de retirer mes deux lames de leur fourreau. Bravo ! Excellente idée. Maintenant, il est sûre et certain qu’ils vont me sauter dessus pour m’égorger. Puisqu’il y a des chances que ce soit la dernière chose que je fasse en ce monde, je décide de mourir de façon honorable. Et pour mourir honorablement, un monologue s’impose :


« Vous !- je pointe mes lames sur mes trois adversaires – je me présente ici comme votre bourreau. Vous avez fait du tort à ce monde ! Je vous ferai payer le prix par le sang et je le répandrai sur les terres saintes du temple ! Vile créatures, votre heure est arrivée ! Et votre heure ce nomme : Stalers d’Axzhilmar !

Parfait ! C’est mots on sorti de ma bouche comme si je les avaient répétés cent fois. Sans penser à ce que je fais, je fonds sur la drow, mes deux armes levées, les siennes le sont également. Chacun de mes pas soulève son nuage de poussière. Mes jambes viennent pousser mon corps avec une telle force que je ne les sens plus. Je prends de la vitesse à chaque seconde et je sais que cela signifie un impact très violent. J’en ai déjà vue des impacts violents. La pire que j’ai vue, c’était dans les cryptes. Un minotaure ... Oui, il avait totalement désintégré le pauvre. Mon dieu ! Y avait du sang sur les mur et j’en ai même reçu dans la bouche. J’espère ne jamais revivre telle massacre. J’avait du errer deux jour dans les égouts pour finalement revoir la lumière du jour. Deux jours plus tard, je me retrouve en train de charger une drow accompagné de deux enfants ....

Qu’aurait-il pu m’arriver de mieux aujourd’hui ? Je n’en sais rien et pour une fois encore, je me dis que j’aurais été mieux de rester avec le vieux monsieur qui m’offrait le gîte. Je le regretterai peut-être plus tard, le moment présent n’étant pas bien choisi pour pleurer ses actions passées. J’avoue que même moi, aussi arrogant que beau, n’aurait jamais pensé me retrouver en si mauvaise posture après seulement quelques jours de famine.

Ma lame décrit un arc dans les airs et vient s’abattre lourdement sur l’arme de mon adversaire. Emporté par l’élan de la charge, je bascule sur mon adversaire. Pour éviter d’être empalé sur la l’arme de la drow ou la mienne, je me projette vers l’avant dès que je sens mon corps fondre sur le sol. J’effectue manœuvre de rétablissement qui se solde malheureusement par un échec, à voir la façon donc je suis allongé sur le sol. Il y a tout de même un bon côté à ce tour de passe-passe. C’est que j’ai sûrement réussi à emporter la fille avec moi. Je jette des regards frénétiques autour de moi en quête de voir mon ennemi qui, à n’importe qu’elle moment peux surgir de l’ombre pour perforer mon corps que j’aime tant. Pourtant, elle ne se montre pas. Avec un geste majestueux, j’effectue une roulade sur le sol qui me met debout en un rien de temps. Comment ai-je réussi un si beau tour ? Aucune idée mais, tout viens avec l’entraînement. Comme je le disais de ce vieux proverbe : on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Enfin debout ! D’un furtif mouvement de tête, je fait craque mon cou, un geste que je regrette rapidement en m’apercevant du bruit qu’il a provoqué. N’importe qu’elle imbécile peu désormais me localiser avec la simplicité d’une truite à moitié mort dans le fond de la chaloupe quand il fait plus de trente degré à l’ombre ... Quoi de plus simple ?

Je secoue la tête. Encore une fois, je me laisse emporter par des idées stupides comme une truite et une chaloupe. L’instant présent est beaucoup plus important que manger. En plus, j’ai perdu la trace de mon adversaire, que faire ? Je commence à marcher lentement en sondant les lieux avec mes yeux quasi-bionique. Je recherche toute trace et pourtant, je ne trouve rien. Je manque me taper sur la tête quand je me rappelle que j’ai à faire à une drow. Les drows ne sont pas du genre à laisser des traces sur leur passage. Je suis dans une posture délicate et je n’ai aucune idée de comment je vais m’en tirer.

J’adopte donc les techniques de défenses basiques que je connais depuis toujours. Surtout celle-ci : Je guette mes arrières plus que je guette mes devants. J’ai beaucoup plus de chance de me faire frapper dans le dos par une drow que par n’importe qu’elle autre race.


« Montre toi saleté de drow ! Je vais brûler ton corps devant mon dieu ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzuhra
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Date d'inscription : 13/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Mar 22 Nov - 10:39

A peine Arzuhra avait elle reculée et ainsi laisser le cou de son adversaire libre et sans aucune éraflure que ce dernier recommençait à déverser un flot de parole. C'était insupportable surtout que ce qu'il disait n'avait pas le moindre interet. Elle descida de ne pas preter oreille à ce qu'il disait mais malheureusement ce ne fut pas suffisant pour le faire taire. Il contait à présent ses exploits face à un géant. mais qu'en avait elle à faire qu'il ai tuer un géant? Si il avait eu une discution philosophique avec un nain de jardin ça aurait été la même chose pour elle. Ce crétin avait manquer de se faire trancher la gorge et il recommençait à l'énerver, c'était suiccidaire!!

"Tait toi! Je n'en ai rien à faire que tu ai pu décimer un géant et j'en doute parce qu'avec une parlote pareille je me demande comment tu a fait pour rester en vie plus de 5 secondes!"

Bien évidement son ton était des plus sec, elle n'allait pas non plus se montrer aimable avec un abruti qui polluait son espace vital. D'ailleurs elle ne l'avait même pas regarder en disant cela preuve d'un mépris profond face à cet individu . Non, son regard s'était porté vers celui qui était perché sur le muret et que personne à part elle ne semblait avoir remarquer.
La seule chose qui lui fit tourner la tête fut les paroles de son premier interlocuteur qui disait que le tuer aurait été une meilleure solution. Certes, ça lui aurait bien fait plaisir et au moins les paroles du blond ne lui feraient plus mal à la tête mais il se trouvait que l'homme en haut du muret représentait un danger potentiel. Déjà qu'il y avait deux autres humains, un troisième représentait forcément une encore plus grande menace.

D'ailleurs ce dernier sauta du muret, le bruit de l'atterissage renseignant ainsi la drow sur ce qu'il faisait. Elle tourna donc la tete vers lui, se déplaçant de nouveau d'un pas vers l'arrière histoire d'avoir le temps de réagir si il venait à tenter quelque chose.

D'ailleurs ce dernier ne tarda pas à parler et lorsque Arzuhra l'eu écouter, elle afficha un sourire moqueur. Elle avait une furieuse envie d'éclater de rire face à de telles stupidités mais se retint, il fallait penser au combat potentiel plutot que de se mettre à rigoler et pourtant il lui était difficile de se retenir. Les humaisn étaient ils donc tous aussi betes? Entre l'un qui ne cessait de parler de tout un tas de conneries sans interets, celui là qui se prenait pour un héros et l'autre...l'autre lui semblait etre le moins idot des trois...enfin c'était tout de même lui qui l'avait empecher de manger donc il restait toujours quelqu'un de particulièrement crétin à ses yeux. Déjà qu'elle avait une mauvaise image des humains, ces trois là ne remontaient surement pas le niveau!

Et voilà que l'autre commençait à charger. Incroyable quand même, elle 'navait pourtant pas montrer signe d'hostilité trop prononcé pour cela et maintenant il lui fonçait dessus. Bon et bien maintenant plus la peine de reculer, il allait se prendre une bonne raclée à vouloir l'attaquer alors qu'elle ne faisait que chercher à manger pour une fois!

Arzuhra resta donc immobile, épée en avant attendant l'impact qui ne tarda pas à venir puisque les deux armes s'entrechoquèrent formant quelques étincelles par la même occasion puis la drow se sentit emportée et quelques instants par terre se retrouva à terre. Il ne lui fallait pas trés longtemps pour se relever et se dissimuler derrière les pierres entassées qui formaient de trés bonens cachettes. Là, elle observa pendant quelques secondes l'humain se relever à la chercher...d'ailleurs il ne regardait pas du tout de son coté, quel abruti! il allait tout bonnement se faire découper en petits morceaux c'était sur! surtout pour avoir oser l'attaquer alors qu'elle ne faisait que menacer innocement un autre humain aux cheveux blonds et qui aurait amplement mériter de mourire par ailleurs.

Arzuhra profita de ce ùmoment de repos pour ranger son épée et sortir deux armes recourbées (celles qu'elle tient dans sa main sur l'avatar) et qui lui semblaient mieux appropriées à la situation surtout qu'elle en avait deux. Elle empoigna donc les deux lames, une dans chaque main puis attendit le moment propice pour attaquer. Elle esquissa également un rictus mauvais en entendantl'humain dire qu'il allait bruler son corps devant dieu...dieu? mais quel dieu? encore une idiotie de l'esprit humain. A croire que cette race se complaisait dans l'ighnorance et la stupidité.

C'est ce moment qu'elle choisit finalement pour attaquer mais pas devant ni derrière, trop prévisible. Elle avança rapidement et prudement sur le coté en prenant soin d'appuyer ses pas pour qu'il l'entende. Elle avait une idée bien particulière en tête. Hop, elle bufurqua vers la gauche, et en fait décrivit des tours autour de l'homme mais cachées à chaque fois par les ruines histoire qu'il ne sache absolument pas ou se tourner pour le voir. Aprés un bont moment, elle desicda de sortir de l'oùmbre, effectuant un saut impressionant pour finalement attérir juste devant lui, à peine à un mètre. Elle afficha un large sourire avant de balancer ses lames vers l'abdomen de l'homme avec rapidité puis elle fit un petit saut vers lazrrière pour éviter toute riposte éventuelle dans l'instant.

"Je suis là mon chou! viens donc me chercher, j'ai hate que tu me mette le feu au corps!"


Sur ce, elle ricanna méchament et le regarda, attendant une quelquonque réponse à sa provocation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lndex.deviantart.com/
Gauss Fi
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Jeu 24 Nov - 22:36

-Bien sûr, gente dame, mais…

Et bien! Il ne manque pas de culot ,celui-là! N’a-t-il jamais appris la politesse? Alors que je parle avec cette charmante drow, il saute devant moi ,commence un superbe monologue ( Je dois dire que je préfère les miens. Ce bonhomme a l’air de se trouver tellement beau… Quel arrogant! ) . Parle! Allez, ne te soucis pas de moi! Je n’ai pas l’air assez dangereux ,c’est ça? Pourtant, vous devriez avoir peur d’un gobelin! Ah… j’oubliais que j’étais sous forme humaine. Un de ces jours, je vais me faire prendre à jouer le rôle de Figaero alors que je suis un gobelin ,ou le rôle de Gauss alors que je suis déguisé en humain. Ah, Jess! Pourquoi es-tu entré dans ce jeu débile? Pour sauver ton père, bien sûr! Quel héros… Tu perds ton temps à tenter de sauver des humains qui n’en valent même pas la peine de gobelins tout aussi stupides! Ce jeu est devenu un véritable cauchemar. Enfin… je ne peux rien y faire. Je suis à l’intérieur maintenant ,alors autant faire ce que j’ai à faire. Jess ,arrête de bavarder avec ces trois guignols et va au château. C’est le seul endroit ou tu peux trouver des indices sur les intentions du serveur. Oui…ses intentions… C’est pourtant pas sorcier! Il veut qu’on reste enfermés ici à jamais! Pas besoin d’être un as pour comprendre ça.

Bref, ce con s’est jeté sur madame la drow et il vient de se relever. Je soupire… Je ne sais plus quoi faire ,alors autant parler. Personne ne m’écoutera, mais ,au moins, je ne resterai pas là à ne rien faire.

- Vous savez, dis-je en reculant de quelques pas, je ne venais que vous prévenir qu’une armée de gobelins venaient par ici. Je croyais que vous aimeriez le savoir ,afin de les empêcher de tout détruire sur leur passage. Ah, bien sûr, j’aurais très bien pu mettre à sang ces monstres moi-même, mais je pensais que vous auriez aimés vous amuser… Bref, je dois y aller. Étant un homme très important, le Roi m’a convoqué à sa table. Au plaisir de vous revoir, chers collègues, finis-je en laissant échapper un rire nerveux.

Sur ce, je tourne les talons et ,en courant comme seul un gentleman peut le faire, je me dirige vers le Nord ( Ou est-ce le nord-est ? Ou l’est? Ou l’ouest? Enfin… ) ,là où se situe le château du souverain de Trepalovia.

[---> Temple]
Revenir en haut Aller en bas
Stalers d'Axzhilmar
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 36
Localisation : Dans le Serveur
Date d'inscription : 26/10/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Sam 3 Déc - 15:09

Je ne m'attendais pas à une attaque si ... suicidaire ... J'aurais plutôt pensé à une attaque de dos. En la voyant retomber sur ses jambes, ma première réaction fut de sauter à couvert, comme tout homme aurait fait mais, avec mes talents de guerrier, j'eu la bonne idée de placer mes lames en X. L'attaque qu'elle m'a lancée n'a donc que rebondit sur mes deux armes, rendant l'offensive inéfficace.

Mais maintenant, j'ai un handicap. Le soleil qui me brûlait autrefois le dos me brûle maintenant les yeux, ce qui est pire, je l'avoue. Je ne peux me battre ainsi et j'en sais déjà assez pour dire que mon adversaire ne me laissera pas passer derrière elle. Ne me reste qu'une issu, la fuite ... Non! Pas encore. Il y a bien un moyen. Subtilement, je commence à reculer à la recherche d'un petit coin d'ombre, histoire de faire taire mes yeux qui hurlent à mort.

Mon adversaire n'est pas dupe, je ne peux plus faire un pas sinon, je sais qu'elle va me planter ses lames dans le torse. Que faire? Mes yeux effleurent, en se dérobant du soleil, une faille dans le mur. Une voix de sortie! D'un geste brusque, mon pied frappe le sable qui brouille la vue de mon adversaire et je plonge dans la faille qui me procurera l'ombre pour reposer mes yeux et, si possible, un terrain de combat approprié. Je sens quelque chose efflurer mon flan mais, je n'y porte pas attention. J'atteris sur le sable et effectue un roulé-boulé pour me relevé.

Je suis maintenant debout, au milieu d'un petite salle. Je reste sur mes gardes me préparant encore au pire ... Pour elle.

[Je sais que je ne fais pas les 20 lignes mais je je peux pas faire mieux pour l'instant, désolé ...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arzuhra
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Date d'inscription : 13/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   Ven 9 Déc - 10:06

Alors que le combat était bien avancé, le blonde s'éclipsa rapidement pretextant on ne sait quelle excuse bidon. Fallait le dire tout de suite qu'il avait peur des lames. Ces humains, tous des laches de toutes façons! Elle n'y preta guère plus d'attention sachant bien que cela pourrait lui couter nombre de blessures ou même la mort?...la mort, voila donc la seule chose qui lui faisait peur parce qu'on disait que si on mourrait dans le jeu, peu de chance qu'on en ressorte vivant dans la réalité. Bof, de toutes façons ça faisait un bail qu'elle était bloquée ici et la vie réel lui semnblait etre si loin de là, si loin de tout.

Mais a peine avait elle de nouveau tourner la tête vers sona dversaire qu'un nuage de poussière lui avait brouiller la vue, l'obligeant à porter un bras devant ses yeux pour éviter de se faire aspergée de sabe. Putain de lache!

Le nuage s'étant dissipée, elle pouvait à présent voir tout autour d'elle mais il n'y avait plus l'humain. ou était il onc passé celui là?
Arzuhra fronça les sourcils et serra les mains sur ses lames rendant sa peau quasiement blanche au niveau ou elle serrait les lames preuve qu'elle était passablement énervée de ce petit tour de passe passe.

Elle détendit ses bas le long de son corps et ferma un instant les yeux, ses oreilles bougèrent comme si elle essayait de capter un son quelquonque, la présence de cet homme cependant il faut avouer qu'il se montrait trés discret et elle eu bien du mal à le réparer. D'ailleurs elle abandonna bien vite ses recherches considérant qu'aprés tout ce temps d'arret on ne pouvait plus apeller ça un combat mais une partie de cache- cache et ce genre de jeu ne l'amusait pas du tout, elle trouvait ça trés agaçant et avait m:ême l'impression qu'on était en train de la faire tourner en bourrique alors d'un geste rapdie des mains elle rangea ses deux lames et fit quelques pas en arrière puis mit ses mains en porte voix et déclara un message à l'attention de Stalers :

"Sal lache d'humain! Tu a de la chance que je ne trouve pas trés drole ton petit jeu, j'ai autre chose à faire que de m'amuser à découper en rondelles un suiccidaire mais rassure toi, quand j'aurais le ventre plein je me ferais un plaisir de t'égorger!"

Un grondement sortit de sa gorge avant qu'elle tourner les talons, lançant par la même occasion au voleur un regard assassin. QU'ils restent entre humains, elle allait chercher à manger ailleurs maintenant et sans avoir besoin de se battre.

[=> ???]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lndex.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelque part, parmis les ruines...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelque part, parmis les ruines...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trepalovia :: Connection au Serveur :: Le monde de Trepalovia :: Le Vieux Grimoire-
Sauter vers: