Trepalovia

La vie n'est qu'un jeu... Mais quand celui-ci se transforme en cauchemar, les esprits s'éveillent
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Retour à la conscience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnya
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 17/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Retour à la conscience   Jeu 11 Sep - 14:14

- Aiiiie... fut le premier mot qu'une jeune humaine prononça, couchée en plein milieu d'une route principale de Hamsburg.

En effet, sa tête lui faisait un mal de chien. Que s'était-il passé? Elle ouvrit les yeux et vit le flot de personnages tous différents traverser la rue sans se soucier d'elle (il s'agissait en fait de PNJ, bien qu'elle ne le sache pas). Personne n'avait donc penser à l'enlever de la rue? Eh bien apparemment, non.

Elle se redressa en position assise et se mit à réfléchir à ce qu'il lui arrivait. Elle avait du mal à se souvenir qui elle était, ce qu'elle faisait ici, etc. Soudain, le seul souvenir qui vint à elle fut une vision d'une foule d'araignées géantes qui l'attaquaient! Ces bêtes écoeurantes venaient par milliers! Apparemment, elle les avait vaincues (bien qu'elle ne se souvint pas, pour l'instant, de l'aide très très importante de plusieurs guerriers...)...

Toujours assise, elle commença à se remémorer qu'elle se nommait Arnya, qu'elle était mage et que son domaine était la guérison. Elle fouilla dans son sac, sur le sol à côté d'elle et retrouva peu à peu la mémoire en voyant les flacons d'herbes, de poudres et d'onguents qu'elle connaissait bien. Quelques-uns étaient brisés, peut-être dû à la bataille contre ces monstruosités... Elle vida le sac des débris et le referma.

Elle ne savait toujours pas comment elle était arrivée ici, mais une chose était sûre, deux en fait : Elle avait faim et elle était assise au beau milieu d'une rue passante...

En regardant un peu mieux autour d'elle, elle remarqua que d'autres personnes étaient dans la même situation qu'elle, soit étendues sur le sol (pour ce qui est de la faim qui la taraudait, elle ne pouvait être sûre que ces personnes la partageaient...)
[HJ : Voilà, je re-start l'histoire de ma petite Arnya... Qui m'aiment me suivent! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanguarde
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2007

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Lun 15 Sep - 19:06

Ce jeu était décidément génial. Lou, à présent en la personne de Fanguarde venait de se réveiller et de constater avec surprise qu’il ne gardait aucunes séquelles de ses excès de la veille. Il avait en effet descendu à lui tout seul près d’une bouteille d’hydromel vieillit en fût et il se réveillait frais comme un gardon.
Couché sur le dos il mit ses mains devant ses yeux et les regarda comme si elles étaient responsables de se prodige et s’émerveilla de la capacité de récupération de l’organisme des nains.
Sortant de sa contemplation il se remit sur son séant et regarda autour de lui… avant de laisser échapper un hoquet de surprise. Il n’avait plus aucun souvenir de la nuit qu’il venait de passer et s’était bien dommage car il aurait bien aimé savoir comment il avait réussit à atterrir ici. Surtout qu’ici s’était l’appentis de la plus haute fenêtre de la plus haute tour du château d’Hamsburg. Et la seule chose qu’il trouva à faire c’est de soupirer.
Il commençait à trouver cette manie de le faire réapparaître en hauteur déplaisante. Soudain un éclair de lucidité l’encouragea à farfouiller autour de lui et bientôt ses mains rencontrèrent son sac. Il soupira à ce contact, ce détendant visiblement. L’ayant enfin attrapé il farfouilla dedans en prononçant la formule : mimimatie ! Il en ressortit un étrange instrument alambiqué qui ressemblait très peu (mais un peu quand même à un luth). Il soupira une nouvelle fois en regardant le ciel comme si c’était de ça faute puis il se mit à gratter les cordes aussi fortes qu’il le pouvait et se mit à chanter une chanson à tue-tête :
Toi qui habite une citée HLM
Je te dédicaceuh ceuh poémeuh
Qui sentira dans tes narines
Commeuh le parfum d’une roseuh….
Il ne se souvenait que de la moitié des paroles mais qu’importe la chanson eut l’effet estompée quelques instants plus tard il entendit le bruit familier d’une fenêtre qui s’ouvre et il aperçut un visage plus que surprit de le voir ici.
- mais que… !
- Ha ! Je craignais qu’il n’y ait personne en dessous ! Puis Fanguarde fût pris d’un besoin expresse de se justifier : Je suis désolé de me tenir ainsi devant vous belle dame, mais… heu… auriez-vous une corde par hasard ? Non pas que la vue ne fût pas magnifique mais… Auriez-vous une corde ? Que mes pieds de nain puissent de nouveau fouler cette terre qui leur est chère ?
La Châtelaine mit quelques instants avant de parler de nouveau. Il est vrai que retrouver un nain chevauchant l’appentis de sa fenêtre à neuve heure de matin peut-être quelque peu… déroutant (surtout lorsque la dite fenêtre se trouvait à près de cent-cinquante mètres du sol).
- heu… une… corde ?
- oui c’est cela. Un grand truc long et fin. Enfin fin, pas trop ! Vous avez vu mon poids ? HAHAHA !
Cette dernière remarque ne parut pas avoir l’effet escompté car plutôt que de faire rire la demoiselle celle-ci pâlît encore plus si cela était possible.
- heu attendez moi la une minute je vous pris. Elle disparut dans la pièce et Fanguarde n’entendit plus, pendant quelques instants que le bruit du vent d’été matinal qui s’insinuait dans les combles.
La tête de la dame réapparut quelques instants plus tard.
- J’ai ça, j’espère que ça suffira.
Elle lui présenta une série de draps noués entre eux.
- Il faudra bien que cela tienne.
La jeune femme lui lança les draps que Fanguarde rattrapa adroitement malgré ses petits bras puis il noua une des extrémités à une poutre qui si situait juste sous l’appentis de tuile. Il testa la solidité de son ouvrage et, visiblement content du résultat il prit l’autre extrémité de l’assemblage à deux mains, souffla trois bons coups… et il sauta, sans autres forme de procès.
Tout se passa très rapidement. Tellement rapidement d’ailleurs qu’il n’eut même pas le temps d’avoir peur. Il se trouvait maintenant en sécurité sur un magnifique parquet dont une latte venait de se briser sous ses pieds.
- et bien jeune demoiselle je vous remercie. Sans vous j’étais condamné à jouer les girouettes toute la journée !
- maintenant si vous voulais bien m’excuser je vais vous laisser. Je crois, à voir votre teint que vous avez eu assez d’émotion pour la journée.
Il la salua d’un geste de la main et sortit de la pièce.
Pilou lorsqu’il était homme n’avait jamais eut un grand sens de l’orientation. Et bien il n’en avait pas plus dans le corps de Fanguarde le nain. Il est à dire pourtant que les nains on un grand sens de l’orientation et pilou se surprit à regretter d’avoir complètement supplanté le caractère naturel du nain.
Il réussit pourtant on ne sait comment à sortir du château et il se retrouva bientôt dans les rues de Hamsburg ou perdu dans ses pensées il ne vît pas une jeune demoiselle étalée de tout son long sur le pavé.
- Ho mademoiselle ce n’est pas un endroit digne du repos que vous vous accordez !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnya
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 17/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Jeu 18 Sep - 0:32

-Pardonnez-moi! S'empressa de bredouilla Arnya (comme si elle avait à se justifier...) alors qu'un énoooooorme (enfin, vu du sol) nain vint lui dire de manière assez peu chevaleresque qu'elle n'avait pas affaire à être couchée sur le sol en plein milieu de la rue.

Bien sûr, cela faisait du sens, puisque les autres personnes qu'elle avait vu plutôt étendues étaient maintenant reparties, alors qu'elle, Arnya, était toujours entrain de se demander ce qu'il avait pu lui arriver et ce qu'elle allait faire. Ne trouvant que faire, elle avait pris la (bonne) décision de ne RIEN faire jusqu'à ce qu'elle trouve...

Aussi, lorsque le nain vint à sa rencontre, elle décida qu'il ferait un bon ami. Elle se releva donc précipitamment et époussetta sa jupe. Faisant près d'une tête de plus que le nain, elle se sentit aussitôt mal à l'aise. Ce n'était pas la première fois qu'elle voyait un nain, mais elle n'avait jamais vraiment pactisé avec ceux-ci, du moins, d'après ses souvenirs...

Elle s'empressa donc d'expliquer ce qu'elle faisait sur le sol quelques instants plus tôt...

- Je suis désolée, je ne sais pas ce qui m'a prise, je me suis réveillée en pleine rue... Au fait, je ne nomme Arnya et je suis guérisseuse, et vous-même? demanda-t-elle avec un sourire plein d'entrain.

Tout en attendant la réponse du nain, elle ramassa son sac qui était toujours par terre et ce faisant, examina un peu plus son interlocuteur. Semblable à l'image qu'on se faisait des nains : Un grosse boule de chair courtaude, pleine de poils, mais, remarqua-t-elle, vaguement sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zworg
Modérateur(trice)
Modérateur(trice)
avatar

Nombre de messages : 316
Age : 31
Date d'inscription : 05/11/2006

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
5/10  (5/10)
Réputation:
18/100  (18/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Lun 22 Sep - 11:29

Une étrange sensation… Grégory avait l’impression d’avoir dormi tellement longtemps qu’il en avait perdu la notion du temps.
Zworg ouvrit lentement les yeux. Sa vision d’abord trouble de son environnement lui fit remarquer que quelque chose clochait… Lorsqu’il reprit pleinement connaissance, il découvrit qu’il se trouvait dans une petite chambre, sobre mais propre, allongé sur un lit d’assez mauvaise qualité mais relativement confortable. Ses vêtements étaient pliés soigneusement sur une vieille chaise en bois et en paille tressée, ses armes se trouvaient là également, déposées contre le mur. Il était probablement dans une chambre d’auberge. Mais comment avait-il pu atterrir dans un endroit pareil ?
Soudain, une certaine douleur lui parvint dès qu’il tenta de bouger. Il remarqua alors qu’il était presque nu et que sa poitrine était entourée de bandages ensanglantés par endroits. Bien qu’habitué à sa propre odeur, il distingua qu’on l’avait lavé. Un linge humide était posé sur son front et son épaule droite était enflée et endolorie, de même que son genou gauche. Il tâta ses blessures avec son bras gauche et il lui sembla sentir une plaie importante au niveau de l’abdomen. Il grogna sur le coup de la surprise. Il ne se rappelait vraiment pas avoir subit de telles blessures récentes.
Il enleva le linge froid de son front qui recouvrait un autre bandage là aussi, puis redressa la tête. Il découvrit qu’une très jeune femme se trouvait assoupie à son chevet. Quelle étrange situation !
Il fit un effort et parvint tant bien que mal à se redresser sur son bras valide puis réussit à s’assoir. Les blessures étaient récentes mais grâce à son pouvoir, la plaie de sa poitrine semblait déjà refermée. S’il se concentrait il pourrait facilement terminer de se guérir dans les heures qui suivaient.
Tout de même, comment en était-il arrivé là ?
Un flash lui revint : il était avec un groupe de soldats et d’aventuriers et il avait été téléporté loin de la ville… Où ? Pourquoi ? D’ailleurs… Avait-il vraiment été téléporté quelque part ? Une mission… La ville était attaquée ! … Mais alors… que faisait-il dans une auberge ? … A moins que tout cela ne fût qu’un rêve ? C’était si vague dans son esprit… Que s’était-il passé ? Il ressentait encore le vent sur son visage… une course…non une chute plutôt ? Une douleur intense… une ruelle sombre… des brigands… un combat ? Un rêve ? Quel était le lien entre la mission et cette ruelle ? Quelque chose clochait, il ne se souvenait plus…
A ce moment là, la porte de la pièce s’ouvrit et une vieille dame à l’allure de sorcière entra avec une bassine d’eau et des linges propres. Un bref éclair de surprise traversa son regard lorsqu’elle découvrit l’Orque réveillé. A vrai dire, il n’était pas si étrange qu’un colosse pareil soit vigoureux ! Elle toisa Zworg un instant puis s’approcha de lui pour lui parler d’une voix éraillée par l’âge :

« Et bien jeune Orque, vous vous rétablissez extrêment vite à ce que je vois ! C’est une chance ! Au départ je doutais fortement que vous puissiez vous en tirer avec des blessures pareilles ! Ma réputation de sorcière d’un côté et votre race de l’autre, aucun prêtre n’a été assez charitable pour vous appliquer quelques sorts de soins et je n’ai pu obtenir aucun onguent pour vos blessures. J’ai donc dû faire avec ce que j’avais. »

Gregory était toujours plus étonné par ce jeu… Un jeu ? Il avait presque oublié que c’en était un ! … Toujours était-il que des PNJ de la sorte ne devaient pas être très courants.

« Où suis-je ? Je ne me souviens pas des derniers évènements… trop vagues dans ma tête…
_Vous êtes dans ma modeste taverne, très mal famée je dirais mais les chambres sont toujours prête à accueillir les étrangers. Surtout ceux dans votre genre, dont l’apparence trompeuse cache un cœur simple et de bonnes actions.
_Je ne comprends pas… Et elle qui est-ce ?
_Oh ! C’est ma petite fille : Anna ! Elle vous a veillé tout un jour et deux nuis jusqu’à ce matin. Vous l’avez sauvée vous savez ?
_Moi ? … je n’m’en rappelle vraiment pas…
_Elle m’a tout expliqué vous savez ? Si bien que je peux vous décrire ce qu’il s’est passé comme si j’y avais assisté ! Cette bande de brigands qui s’en prenait à elle… Elle ne pouvait rien faire, même pas appeler au secours, la pauvre… : elle est muette depuis sa naissance. Mais c’est là que vous avez fait votre entrée ! Elle vous a aperçut au dessus d’elle, sortir du néant et c’est là que vous avez fait une chute de plusieurs dizaines de mètres, peut-être même une centaine, pour vous écraser pile sur un des brigands. Les autres ont été surpris, ils ont d’abord eu peur de vous puis se sont calmé en voyant que vous aviez été empalé de part en part par l’arme de l’homme que vous avez écrasé. Le malheureux est mort sur le coup mais ce n’était pas votre cas. Bigre, après quelques minutes de surprise générale elle vous a vue vous relever lentement. Les brigands ont paniqué et l’un d’eux vous a assené un violent coup de gourdin sur le crâne. Je ne sais pas si vous étiez très conscient de ce que vous faisiez à ce moment là mais vous avez riposté d’un violent coup de poing qui lui a fracassé la mâchoire. Les autres brigands se sont en suite jetés sur vous mais vous les avez balayés d’un revers et projeté contre le mur. Il en restait un mais il était le plus paniqué et avait pris ma petite fille en otage, sa dague lui entaillait déjà la gorge. Vos regards se sont croisés dans l’ombre et après quelques longues secondes, vous avez attrapé quelque chose dans votre besace et lui avez lancé au visage. Après quoi vous avez profité de son aveuglement temporaire pour vous rapprocher et lui écraser le nez d’un violent coup de poing. Après quoi vous avez regardé Anna de côté et avez posé votre main sur con épaule…
_ … Et ?
_Vous vous êtes écroulé ! C’est seulement là qu’elle a vu l’étendue de vos blessures. Elle a couru me chercher et a insisté pour que je vienne l’aider à vous transporter. Même à deux en plus d’un petit sortilège d’allègement nous avons eu un mal de chien à vous porter jusqu’ici. Après quoi nous nous sommes occupés de vous.
_C’est étrange… j’ai bien quelques images, mais il me semblait que la ville était attaquée par des gobelins… ai-je rêvé ?
_Ma foi vous avez eu de la fièvre, vous avez sans doute rêvé. Il y a belle lurette qu’on ne voit plus de gobelins par ici, ils ont tous été chassés.
_Je vois…
_Fichtre, laissez moi vérifier et refaire vos bandages… »

La vielle femme dénoue les linges et découvre une belle cicatrice rose à l’emplacement de la plaie sur la poitrine. Plus aucun hématome dû à la chute n’est visible ni même au niveau de la tête. En revanche le genou et l’épaules sont encore enflés.
« Impressionnant ! Vous avez un pouvoir de régénération ?
_Oui… Les points vitaux se régénèrent prioritairement. De plus, une blessure par une arme tranchante, se régénère plus vite qu’une blessure d’une arme contondante, car plus nette. Maintenant que je suis conscient je vais pouvoir réparer le reste beaucoup plus rapidement… Par contre il faudra que je mange beaucoup en contre partie.
_Je vois… je vous apporterai tout ce que vous voudrez.
_Merci, je vous payerai.
_Inutile mon garçon, c’est moi qui vous dois de la gratitude. Tiens, ma petite Anna se réveille. »

La toute jeune femme s’éveille doucement et s’étire les bras avant de s’apercevoir que Zworg est assis devant elle et que ses plaies sont quasiment guéries. Une expression de soulagement et de joie illumine son visage et elle se précipite pour l’étreindre. A se demander si dans ce jeu les PNJ étaient tous autonomes et mus par un caractère et une expérience propre, à l’instar des joueurs. Il était vrai qu’en incorporant la peau de son personnage, Gregory avait pu ressentir en lui le caractère de son personnage. A présent, c’était un peu comme s’il avait fusionné son esprit avec Zworg et qu’ils ne faisaient plus qu’un.
« Ne vous inquiétez pas, elle est très démonstrative de ses émotions. C’est un peu sa façon de s’exprimer vous voyez ?
_Y a pas de mal. »

Anna desserra et retira ses bras de la poitrine de Zworg et commença à dire quelque chose dans un langage de signes. Sa grand-mère traduisit :
« Elle dit qu’elle est ravie que vous soyez vivant et remis de vos blessures et vous remercie de l’avoir sauvée de ces brigands. Elle n’avait jamais eu si peur de toute sa vie. »
Gregory ne savait pas trop quoi répondre et se passa la main derrière la nuque en prenant un air embarrassé. Ainsi commença débuta ses nouvelles aventures dans le monde de Trepalovia !

Après quelques heures de concentration à régénérer le reste de ses blessures, Zworg mangea comme quatre. Lorsqu’il fut capable de se remettre debout, il décida d’aller acheter quelques nouveaux onguents et autres accessoires. Il n’y avait plus grand-chose dans son sac. Il était pourtant sûr d’y avoir collecté plus de choses récemment. Toutefois, sa bourse était encore très pleine. La jeune Anna l’accompagna faire les boutiques. Il apprécia ce moment de compagnie qui détendait son humeur alors que les commerçants le prenaient pour un monstre analphabète et tentaient souvent de l’arnaquer malgré leurs craintes de se faire tabasser. Dans la foule, il remarqua très peu de joueurs à son grand étonnement. C’est alors qu’il se rappela du menu… Comment y accéder déjà ? Grégory y pensa tout haut. En prononçant le mot, une sorte d’écran se superposa à sa vision et il vit apparaître les options. Il allait vérifier dans l’historique des quêtes cette histoire de mission. Mais il ne vit rien apparaître de tel. En revanche il vit qu’il avait une quête en cours intitulée : « Protéger Anna des brigands, niveau débutant », sans description toutefois mais un bref historique expliquant : « Vous avez sauvé Anna, la jeune muette, des griffes des brigands du quartier qui tentaient de la dépouiller et de la maltraiter, elle vous en est extrêmement reconnaissante… ». Drôle de quête car toujours en cours et sans marche à suivre. Devait-il faire autre chose pour elle ? A ce moment là il remarqua qu’il y avait un bug d’affichage sur l’heure et la date en dehors du jeu… en fait rien n’était affiché à l’emplacement prévu… Mais peu lui importait en réalité. Grégory désactiva le menu et reporta son attention sur la jeune femme qui cheminait avec lui agrippée à son bras…
Après une après-midi bien remplie à se promener dans les rues de la ville, le soir tomba. Le temps de rentrer à l’auberge de la vieille femme la nuit était arrivée. C’est là qu’au détour d’une ruelle sombre (il y en avait tout de même pas mal dans ce quartier), ils se retrouvèrent pris en tenaille par un groupe de brigands… encore une fois. L’un d’eu s’avança, il semblait être leur chef.
« Je suis Jarkos, le chef des brassards noirs. C’est moi qui dirige ces hommes et ce quartier. Comme tu n’es pas du coin l’aventurier, je ne voudrais pas te faire payer de taxes mais vu que tu as tué un de mes hommes et as malmené 3 autres, on va te rendre la monnaie de ta pièce et en profiter pour te dépouiller de tes biens ! Mais avant ça, donne nous la fille, sa famille a accumulé beaucoup de dette envers les brassards noirs, elle a donc quelques comptes à nous rendre… en nature héhé. Mais je te préviens, si tu tente quoi que ce soit de stupide, mes hommes te cribleront de carreaux d’arbalète c’est compris ? Maintenant donne nous la fille gentiment et … Arghl ! »
Avant qu’il ait compris ce qu’il se passait, Zworg venait de lui envoyer sa lance en pleine poitrine. Grégory ressentait toute la haine de son personnage ajoutée à ses propres souvenirs du temps où il se faisait martyriser par ses camarades de classe. La surprise passée, les brigands lâchèrent leurs carreaux. S’écartant de justesse en entraînant la jeune femme avec lui, Zworg évita les tris qui atteignirent ceux qui se trouvaient derrière et qui n’avaient rien vu de la scène. Pour toucher à distance, rien de tel que des armes de jets… Sauf que Zworg n’en avait pas. Anna était terrorisée. Zworg la fit s’asseoir. Un carreau vint se ficher dans son bouclier rangé dans son dos. Un coup de chance ! Il glissa sa main dans son dos et parvint à l’arracher du bois. Il repéra un des agresseurs qui n’avait pas été touché par les tirs alliés et lui balança de toutes ses forces le carreau. Avec la pénombre, impossible de voir et d’éviter des projectiles. L’homme fut blessé à l’épaule et s’effondra. Il n’y avait plus personne de ce côté de a ruelle. Un tir blessa alors Zworg au bras. Il devait s’occuper des deux hommes qui restaient. Franchement, ce n’était qu’une petite bande de brigands minables. En comptant les blessés de l’avant-veille, ils devaient être à peine une dizaine. Zworg se retourna alors qu’un tir le frôla et lui entailla le côté. Dague au point, il s’élança et fondit sur un premier adversaire. Une dague contre une arbalète vide… l’homme eut la gorge tranchée d’un coup rapide. Le brigand restant jeta son arme et sortit une dague lui aussi mais luttait contre la peur. Zworg se retourna vers lui, l’homme pris son courage à deux main et fonça vers l’Orque en hurlant. L’instant d’après il s’effondra : les deux poings de Zworg venaient de s’abattre sur sa tête.
Zworg retira sa lance du cadavre du chef et la rangea. Il rejoignit Anna qui tremblait, assise contre le mur de la ruelle. Il dénicha au fond de son sac un fumigène coloré qu’il avait en stock, l’alluma et le balança sur le toit au dessus de lui : ça avertirait les gardes de la ville. Après quoi, il prit la jeune femme dans ses bras et la ramena jusqu’à chez elle. Il vérifia le menu, la quête était terminée : « Vous avez vaincu tous les brigands qui dominaient le quartier et avez sauvé Anna. Ni expérience ni objet reçu : le niveau de cette quête était trop faible pour vous ». Zworg fut indigné. Comme s’il en avait quelque chose à faire de gagner de l’expérience après avoir sauvé quelqu’un ! Au moins, cette drôle de quête était finie, il pouvait repartir à l’aventure dès le lendemain. Ce soir il dirait au revoir à ses hôtes généreux. Il ne manquerait pas de revenir voir Anna dès que l’occasion se présentait entre deux quêtes.

Tôt le lendemain matin, il fit ses adieux la vieille femme et à Anna, qui eut beaucoup de mal à le laisser partir, puis s’en alla à la recherche de compagnons et d’une quête pleine d’aventure !
C’est alors qu’en se promenant il croisa un couple de joueurs : une jeune magicienne accompagnée d’un nain qui lui semblait familier… l’aurait-il déjà aperçut quelque part ? Il engagea la conversation :
« Bonjour, vous savez ce qu’il se passe ? Je crois que le jeu a buggué… »

(désolé pour le roman)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanguarde
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2007

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Lun 22 Sep - 19:55

(HRP : OUHA ! Motivé le Zworg, ça fait plaisir à voir^^)

- Je suis désolée, je ne sais pas ce qui m'a prise, je me suis réveillée en pleine rue... Au fait, je ne nomme Arnya et je suis guérisseuse, et vous-même?
- Et ben y’en à qu’on de la chance, moi j’vous l’dis !
Fanguarde leva la tête pour pouvoir regarder la jeune fille et les habitudes humaines de pilou reprirent vite le dessus devant cette jeune et ravissante humaine qui devait avoir le même âge que lui. Il se sentit soudain mal à l’aise et le cacha, comme à son habitude.
- Je me suis donné pour nom Fanguarde et heu, je suis un nain, ça c’est clair, un mage nain, pour être précis, et ça par contre ça se voit moins ! HAHA ! Mais hum… L’endroit est peut-être mal choisit pour discuter n’est-ce pas ?
Il venait en effet de ce faire bousculer par un badaud apparemment pressé.
Fanguarde fît mine de partir mais s’arrêta une seconde plus tard. L’homme qui venait de le bousculer boitait et sa tunique déchirée laissait voir une blessure de laquelle s’échappait un épais filet de sang.
- vous avez vu ça ?
Sans attendre de réponse, le nain, laissant sa curiosité naturelle s’exprimer pris l’homme en filature.
Il le suivit lorsqu’il quitta l’artère grouillante de monde et qu’il s’enfonça dans une ruelle sombre et miteuse seulement parcourue par quelques passants qui semblaient pressé de rejoindre la luminosité et la foule rassurante de l’avenue. L’homme blessé pour ça par ne semblait nullement inquiété par cet environnement. Il continua à s’enfoncer encore plus avant de ce quartier que Fanguarde ne tarda pas à qualifier de pauvre.
Soudain l’homme disparut rapidement au détour d’une rue. Fanguarde accéléra le pas et arriva juste à temps à l’intersection pour le voir franchir rapidement le pas d’une porte après avoir négligemment vérifié qu’il n’était pas suivit.
« Bonjour, vous savez ce qu’il se passe ? Je crois que le jeu a buggué… »
Fanguarde sursauta. Concentré sur ça filature il était pour le moins conscient de la présence d’Arnya derrière lui mais il ne s’attendait surement pas à ce retrouver nez-à-nez avec un orque qui mesurait deux fois se taille.
- OUAAAAAAAH !
Il se plaqua contre le mur et attira l’orque qui se laissa entrainer dans la ruelle. Un nouveau coup d’œil au carrefour lui appris que cette rencontre n’avait eut aucun effet sur l’homme qui referma la lourde porte de bois cerclée de fer.
Rassuré il se tourna vers les deux autres :
Vous n’avez rien à faire ? Parce-que je crois que je vais avoir besoin d’un coup de main !
Et sans attendre de réponse il traversa la rue et vînt se camper devant la porte que l’étrange homme venait de refermer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnya
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 17/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Mar 23 Sep - 19:22

Fanguarde, un mage nain... Plus petit qu'Arnya d'ailleurs (à quoi peut-on s'attendre d'autre avec un nain?)... Drôle d'ami... Mais Arnya n'en avait que faire, puisqu'un ami, aussi bizarre peut-il être, était quand même une chose très importante et précieuse.

Arnya en était toute à sa rhétorique lorsque Fanguarde lui lança un :

- vous avez vu ça ?

tout en pointant un homme qui l'avait bousculé. Au premier coup d'oeil, Arnya se dit que le grand homme n'avait certainement pas vu le siiiiiii petit nain... Puis, elle remarqua cette drôle de démarche et la légère trace de sang qu'il laissait derrière lui. Tous ses sens en alerte, Arnya s'empressa de suivre le nain qui avait déjà pris en chasse l'homme blessé. Voulant de tout son coeur aider l'homme, Arnya ne se posa pas de questions sur les intentions de Fanguarde ou de l'inconnu et continua à marcher rapidement.

Plus ils avançaient, plus ils intégraient un quartier... miteux de la cité. Arnya avait très peu souvent vu ce genre de quartier, elle-même venant du fin fond de la campagne. Cela la déprimait légèrement, mais elle n'avait pas de temps à perdre à regarder le paysage. En effet, le nain, malgré ses courtes jambes, avait une démarche rapide et Arnya devait faire de grands pas pour rester à sa hauteur (ou sautiller légèrement...).

Finalement, ils coururent jusqu'à une intersection et virent l'homme rentrer dans une maison.

C'est alors qu'ils virent arriver... un orque. Sursautant légèrement, Dragan, l'orque avec lequel elle avait combattu des araignées énooooormes lui revint en mémoire.

* Il n'y a pas à avoir peur, les orques sont tous gentils* Se dit Arnya en se référant à sa grande expérience des orques (soit, une seule).

Fanguarde, quant à lui, avait fait un énorme saut et était allé vérifier que l'homme ne les avait pas entendu... Cette poursuite devenait de plus en plus mystérieuse aux yeux d'Arnya.

« Bonjour, vous savez ce qu’il se passe ? Je crois que le jeu a buggué… » leur dit l'orque.

La tête lui tournant légèrement, Arnya se demanda ce qu'il voulait dire par "jeu"... Était-ce un jeu que de courir après un homme blessé?

Légèrement confuse, elle laissa tomber ses réflexions lorsque Fanguarde leur dit à tous les deux :

-Vous n’avez rien à faire ? Parce-que je crois que je vais avoir besoin d’un coup de main!

Et il se mit à courir vers la porte que l'homme avait emprunté.

-Vous avez raison, il faut sauver cet homme! Lança Arnya alors qu'elle se lançait à la poursuite du nain.

(HJ: Arnya ne comprend pas quand il y a du danger... Que voulez-vous, je voulais un personnage niais, je l'ai eu!XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zworg
Modérateur(trice)
Modérateur(trice)
avatar

Nombre de messages : 316
Age : 31
Date d'inscription : 05/11/2006

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
5/10  (5/10)
Réputation:
18/100  (18/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Jeu 25 Sep - 11:39

Grégory se rappela enfin d’où il avait vu ce nain : dans une taverne, complètement ivre. Il s’agissait d’un compagnon d’arme, pourtant il ne parvenait pas à se souvenir ce qu’il avait bien pu faire comme quête en sa compagnie… Comment pouvait-on perdre la mémoire de la sorte ? Et Yumi… ? La belle voleuse, la demi-elfe, qu’était-elle devenue ? Ils avaient effectué une quête ensemble dans la fosse. Ils y avaient d’ailleurs perdu un compagnon et un autre avait été grièvement blessé. Tout cela lui revint très distinctement en mémoire. Seuls les évènements récents étaient flous. Par contre, il ne se rappelait pas exactement à quel moment il avait augmenté de niveau, mais c’était après avoir achevé cette quête. D’ailleurs… où étaient passées sa cotte de maille, son bouclier neuf et son sac à dos perfectionné qu’il avait acheté récemment ? Sa bourse était pleine à craquée comme s’il n’avait rien dépensé de l’argent de la récompense… Seul son vieux chapeau de paille, fourré au fond de son sac et qui avait fort besoin d’être rapiécé, ainsi que les mystérieux cadeaux : les bottes de vigueur et les gants de force, étaient toujours en sa possession (bien qu’il n’ait pas l’impression de ressentir le moindre effet de ces derniers en les portants)…

Zworg n’eut pas de réponse à sa question… le nain se précipita dans la ruelle dans laquelle un homme blessé venait de pénétrer dans une maison. Il fut rapidement suivi par la jeune humaine, qui avait l’air toute guillerette malgré l’étrange situation…
Zworg croisa les bras et s’adossa au mur pour réfléchir quelques instants. Le nain avait peut-être flairé une de ces quêtes secondaires et imprévisibles, telles que celle qu’il venait de terminer. Finalement l’orque se redressa et avança nonchalamment jusqu’à ses nouveaux compagnons.

"Alors que fait-on à présent ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanguarde
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2007

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Jeu 25 Sep - 14:54

-"Alors que fait-on à présent ?"
Fanguarde réfléchit. Il n’avait aucun moyen de savoir se qu’il se passait derrière et ne pouvait par conséquent élaborer de plan pour entrer. Il tournait et retournait le problème et au moment ou il commençait à perdre espoir il trouva enfin la solution. Semblant sur de lui il leva le bras, sembla hésiter et se tourna vers les autres :
- Cachez-vous !
Puis il toqua. Aussitôt on entendit des jurons et du remue-ménage de l’autre coté du battant. Quelqu’un fît coulisser un mince rectangle de bois habilement dissimulé dans la porte et une paire d’yeux apparurent dévisageant le nain. L’homme derrière la porte parla d’une voix rude, de celles qui appartiennent aux fortes carrures :
- Oué, c’est pour quoi ?
- Heu loin de moi l’idée de vous déranger mais l’homme qui vient d’entrer chez vous à perdu ceci.
Il leva la main de façon à ce que l’homme derrière la porte voit la chaine d’or qu’il tenait dans sa paume.
- Il serait fâcheux qu’il ne la retrouve pas non ?
L’autre grogna, ne sachant apparemment pas comment réagir face à cet imprévu, il n’avait pas l’air locace, temps mieux.
Au bout de quelques instants Fanguarde entendit avec plaisir plusieurs cliquettements métalliques caractéristiques de verrous que l’on actionne bientôt suivis par le craquement de gons mal huilés.
A la seconde même ou la porte commença à s’ouvrir Fanguarde bondit. Sur la porte, forçant le garde à reculer conte le mur. Il fût écrasé par le poids du lourd battant tandis que Fanguarde, emportait par son élan s’écroulait sur un parquet mal entretenu, soulevant un nuage de poussière. Il se releva le plus vite qu’il pu et constata avec soulagement que la pièce était vide à l’exception du garde assommé.
Il ne doutait pourtant pas que le bruit avait attiré l’attention d’autres personnes au sein du bâtiment et il s’empressa de retourner sur le seuil de la porte pour inviter ses compagnons à le rejoindre

[A toi Arnia. Sors-nous un truc de derrière les fagots !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnya
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 17/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Jeu 25 Sep - 23:02

"Alors que fait-on à présent ?" Dit l'orque lorsqu'il les eut rejoints.

Eh ben oui, se demande Arnya, que faisait-on? Fanguarde semblait se torturer l'esprit pour ouvrir la porte et eux, ils attendaient en silence. Arnya eut l'idée de lui dire de tourner la poignée, mais elle se retint : les nains devaient peut-être faire une quelconque cérémonie avant d'ouvrir la porte d'une maison, surtout celle d'inconnus... Qui sait?

"Cachez-vous ! " leur dit le nain précipitamment.

Obéissant sans vraiment comprendre pourquoi, Arnya se plaqua sur le mur de la bâtisse et observa le drôle de comportement du nain. Il commença par toquer à la porte puis engagea une drôle de conversation avec la personne derrière. Il parlait d'une chaîne, que quelqu'un avait perdue...

*Une chaîne? L'homme n'était-il pas blessé?* se demanda-t-elle, perplexe.

Sa perplexité ne fit que s'accroître lorsque le nain fonça comme un déchaîné sur la porte entrouverte, assomant assurément l'homme qui se tenait derrière. Fanguarde alla ensuite s'étaler sur le sol, dans un nuage de poussière qui le dissumula entièrement quelques secondes durant.

N'y tenant plus, Arnya avança dans le bâtiment jusqu'au niveau du nain et le regarda d'un air confus :

- Fanguarde, ne devions-nous pas secourir l'homme blessé plutôt que de jouer sur le sol?

*C'est bien les nains, ça, toujours à s'amuser dans la poussière!*

Prenant les choses en mains, Arnya s'avança un peu plus dans la pièce et lança, d'une voix forte :

- Eh oh! Y'a quelqu'un? Nous avons vu un homme blessé entrer ici. Je suis guérisseuse. Pouvons-nous vous aider?

Arnya n'eut pas à attendre longtemps pour que quelques colosses se présentent dans la pièce, arme au poing. Ne comprenant rien au danger apparent, Arnya sourit de toutes ses dents.

- Alors, lequel d'entre vous est blessé?

Sans répondre, un des hommes s'élança vers la jeune humaine, une grosse épée (du moins, du point de vue d'Arnya) levée, prête à frapper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zworg
Modérateur(trice)
Modérateur(trice)
avatar

Nombre de messages : 316
Age : 31
Date d'inscription : 05/11/2006

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
5/10  (5/10)
Réputation:
18/100  (18/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Lun 29 Sep - 6:43

Zworg observa le nain en train de ruser à sa façon pour qu’on lui ouvre la porte. Prenant tout le monde de court, il défonça la porte à peine entrouverte et assomma l’homme qui se trouvait derrière. Fanguarde se releva en se dépoussiérant tandis qu’Arnya avançait tranquillement et naïvement dans la pièce au plafond très haut. Etait-elle si sure d’elle ? Zworg entra à son tour. Mais lorsqu’il entendit l’humaine appeler s’il y avait quelqu’un, il douta fortement de sa lucidité… Il attrapa sa lance et son bouclier et dépassa Fanguarde qui venait de voir Arnya lui passer devant au travers de sa vision encore un peu brouillée par le nuage de poussière. Il grommela en empoignant son arme à son tour.
Des armoires à glace venaient d’apparaître dans la pièce, venant des pièces latérales ou du couloir d’en face au bout duquel se trouvait un escalier en bois.
Arnya prenait trop son rôle de guérisseuse au sérieux. Elle avait déjà bien avancé dans la pièce et si elle ne faisait rien, elle se ferait encercler et devrait bientôt pouvoir appliquer ses sorts de soin sur elle-même…
A peine les hommes venaient-ils d’apparaître, armés en toute hâte, qu’elle leur demanda, bêtement, lequel était blessé…
Zworg n’en crut pas ses oreilles ! Il se précipita derrière elle alors qu’un des gaillards avança rapidement vers elle, épée haute. Toutefois, il arrêta brusquement son élan et recula lorsque la pointe de la lance tendue de Zworg lui effleura le cou juste en dessous du menton. Au dernier moment, l’Orque avait pu pointer son arme par-dessus l’épaule de la jeune femme. Profitant de l’effet de surprise, il attrapa sa tunique et la tira jusque derrière lui. Fanguarde se tenait à présent juste à ses côtés, prêt à en découdre avec les hommes armés. Le garde de la porte se releva en jurant et leur coupa la retraite, mais il se tenait la tête de laquelle un filet de sang coulait dans ses yeux. Toutefois, l’exigüité des lieux permettait mal de combattre aisément. Même encerclés, le trio avait cependant un léger avantage vu qu’ils étaient moins nombreux et disposaient de plus d’espace libre. Zworg tenait à distance ceux qui se trouvaient juste en face de lui, Fanguarde menaçait ceux de droite, et Arnya…
A présent qu’ils étaient entrés de force et que leurs adversaires semblaient haïr les intrus au point de les trucider sans sommation… Ils n’avaient pas d’autre choix que de les combattre.
Leurs adversaires étaient au nombre de sept en comptant le garde de la porte. Trois devant, deux à droite, un à gauche, le dernier derrière. Ils étaient armés d’épées courtes ou de dagues, et ne possédaient qu’un habit en tissu ou en cuir pour toute protection…
Chaque camp jaugeait la situation, il fallait donc être le premier à attaquer. Le problème était Arnya… une guérisseuse savait-elle se battre ?
Zworg attira l’attention de Fanguarde et dit en le regardant :
« On les cogne !! »
Les autres réagirent et se mirent en position d’attaque, près à bondir la seconde suivante… autrement dit, levant leur arme ou pointant leur dague, laissant alors des ouvertures sur l’ensemble de leur corps…
Zworg attrapa alors sa lance à deux mains et frappa sans prévenir l’homme sur sa gauche avant de balancer un violent coup de pied dans le ventre de celui de devant qui tenait haut son épée et s’apprêtait à le frapper. Laissant sa lance fichée dans la poitrine de sa victime, Zworg para de son bouclier le coup du second type qui venait devant puis lui assena un direct du droit dans le nez, ce qui le fit reculer puis s’écrouler. Il en avait mis deux au tapis et le troisième n’allait pas tarder…
Pendant ce temps Fanguarde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanguarde
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2007

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Dim 12 Oct - 17:34

La situation aurait-pu être pire, Fanguarde aurait-pu être armé et il est vrai que le nain, lorsqu’il possédait une arme était plus une source d’inquiétude pour ses alliés que pour ses ennemis.
Il choisit donc l’alternative et s’efforça donc d’esquiver les coups. Rappelons alors que les nains sont presque tous aussi larges que hauts. Essayez donc de jouer les contorsionnistes dans ses conditions ! Inutile de dire donc que ce métier et promit à assez peu d’avenir chez les gens de cette espèce.
Nous trouvant d’autres solutions il héla son compagnon :
- Hé Zworg ! T’aurais pas un autre truc coupant… S’il te plait. Finit par rajouter le nain, trouvant que la politesse était toujours mère de sûreté, même en de telles circonstances.
Il devait avoir raison car l’Orque, surprit par la formulation de la requête y prêta attention dans le capharnaüm pourtant brûlant qui régnait dans la pièce.
Il détacha une épée courte de sa ceinture qu’il envoya au nain.
Ne sachant pas du tout comment s’en servir le nain entrepris de faire de grands moulinets (avec ses petits bras, rappelons-le) pour pousser le colosse en face de lui à reculer.
Le stratagème sembla fonctionner et Fanguarde afficha pour plus de persuasion une expression de concentration et de fureur feinte alors qu’il était mort de trouille.
L’homme, ou plutôt le bison en face recula encore et il fût bientôt dos aux escaliers. Alors Fanguarde arrêta soudain ses moulinets et, se surprenant lui-même, se fendit en un coup d’estoque bien placé. La lame ripa sur la cuirasse de l’homme sans lui causer de dommage mais le coup eut l’effet estompé. L’homme recula encore d’un pas et bascula dans l’escalier. On entendit pendant de longue seconde le bruit mat et presque douloureux de la chaire et dos qui heurtent le bois encore et encore avant un dernier « BONK » sonore qui indiqua au nain satisfait que l’homme venait de se cogner la tête.
- Un de moins ! Vous en êtes ou vous ?
N’entendant pas de réponse Fanguarde se retourna et aperçut Zworg qui était toujours occupé avec deux colosses.
Soudain Fanguarde se frappa le front du plat de la main, semblant se rappeler de quelque chose d’important.

Il retroussa alors ses manches et le front plissé par la concentration il prononça haut et distinctement la formule : « boumbadaboum ! »
Une minuscule boule qui ressemblait fort à un mini soleil apparut dans sa main et grossit jusqu’à atteindre la taille d’une balle de golfe. Il se concentra encore mais fût déçu de constater que la boule ne grossissait plus. Il haussa alors les épaules, concluant que ça suffirait bien à permettre à Zworg de triompher des deux autres bisons. Cela suffirait en effet sûrement à les déstabiliser.
Il lança la boule qui roula jusqu’aux pieds des protagonistes de la bataille. Sa vitesse diminua… puis elle s’arrêta… puis elle explosa.
Personne ne se souvient plus très bien de se qu’il se passa. En tout cas Fanguarde se souvient seulement d’un vif éclat de lumière suivit d’une détonation assourdissante. L’instant d’après il se sentait projeté dans les aire avant de heurter violement un mur.
Il secoua la tête pour s’éclaircir les idées et regarda à travers le voile de poussière les bagarreurs qui étaient tous à terre.
- Merde, j’suis con ! Hé les gars ! Sa va ?
- un grognement s’éleva non loin dans un coin. Fanguarde se dirigea vers sa source et trouva Zworg sur le ventre protégeant Arnya de son corps. Il ne bougeait plus mais Fanguarde fût rassuré en voyant les brulures de son dos qu’il qualifia lui-même de superficielle Guérir rapidement.
- Il allait parler lorsqu’une petite voix sous Zworg lui coupa la parole, mais bizarrement le nain ne s’en formalisa pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnya
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 17/11/2005

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
4/10  (4/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Mar 14 Oct - 15:16

- A..A... aie... À ... À l'aide.. Je...

Écrasée par un énorme poids, Arnya ne parvint tout d'abord pas à murmurer autre chose.

Tout s'était passé si rapidement qu'elle n'avait pratiquement rien remarqué. Des hommes l'avaient attaquée (les mêmes qu'elle tentait de soigner... quel monde étrange), Zworg l'avait brutalement tirée vers l'arrière et l'avait défendue.

*On dirait bien que je me suis mise dans la mouise...* Eut-elle à peine le temps de penser.

Zworg était entrain de mettre K.O. un grand nombre d'hommes (un trop grand nombre?) alors qu'elle, toute protégée par l'imposante stature de l'orque, observait la scène, terrorisée.

Fanguarde ne semblait pas armé et Zworg lui lança donc un objet métallique. Arnya, tentant de trouver un endroit où elle serait en sécurité et pourrait, peut-être, aider ses nouveaux compagnons, entendit soudain un : « boumbadaboum ! ».

Une grande lumière éclaira la pièce, forçant la jeune humaine à se couvrir les yeux. Puis, elle se retrouva sur le sol, un orque sur le ventre (et un orque plutôt lourd, d'ailleurs!), légèrement sonnée.

- J'étouffffffff.... réussit-elle à prononcer alors que Zworg entreprenait de se relever.

Se mettant en position assise et tentant de calmer la pièce qui tournait follement, Arnya observa autour d'elle. Apparament, tous les hommes qui les avaient attaqués étaient sonnés. Ils s'en sortiraient sûrement vivants (du moins, quelques-uns), mais ne se réveilleraient pas avant quelques heures.

La tête ne tournant presque plus, Arnya se leva, regarda tour à tour l'orque et le nain. Que s'était-il donc passé dans cette maison? Pourquoi avaient-ils décidé de venir ici se faire battre par des colosses? Non mais...

- Ça va pas la tête? demanda Arnya en visant principalement Fanguarde. Je croyais qu'on devait aider l'homme blessé, pas se battre contre tous ses amis! En plus, à quoi cela nous a-t-il servi, outre avoir quelques cicatrices supplémentaires? Ajouta-t-elle en jetant un coup d'oeil au dos de Zworg où des plaies finissaient de se guérir par elles-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zworg
Modérateur(trice)
Modérateur(trice)
avatar

Nombre de messages : 316
Age : 31
Date d'inscription : 05/11/2006

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
5/10  (5/10)
Réputation:
18/100  (18/100)

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Ven 17 Oct - 8:17

Zworg avait cru que le nain était armé en l’apercevant de profil… il ne se serait jamais douté du contraire. Alors qu’il avait déjà bien entamé la bagarre, Fanguarde attira son attention en agitant clairement ses mains vides. Sans trop réfléchir, Zworg lui envoya sa grande dague (bien que le nain pris ça pour une épée courte, elle avait plutôt l’allure d’un glaive si ce n’est qu’elle était mieux équilibrée et que sa lame à double tranchant était triangulaire et non droite…). Ceci dit, Zworg se retrouva lui aussi désarmé et devait bloquer les coups et frapper avec son bouclier pour se défendre, entouré par les colosses qui avaient délaissé Arnya.
Fanguarde cria victoire en ayant projeté son adversaire dans l’escalier ce qui attira l’attention de Zworg qui lui l’aperçu par-dessus l’épaule d’un de ses adversaires. Il l’entrevit faire usage de magie. Il repoussa ses adversaires par quelques coups et se retourna vers Arnya alors que leur équipier prononçait une formule magique…
[…]
Arnya n’avait rien. Zworg se releva en maugréant. La poussière retomba et il put constater que tous les brigands, sans exception avaient été assommés, après avoir été projetés contre les murs…
Arnya rouspéta. Il y avait de quoi… Toutefois elle ne semblait toujours pas comprendre que Fanguarde n’avait jamais eu l’intention de porter secours au blessé…
Après un rapide coup d’œil dans les pièces vides voisines qui étaient constituées d’une petite cuisine-salle à manger, d’une salle d’eau et de plusieurs petites chambres avec des lits superposés, tout le monde reporta son attention sur l’escalier. Il menait probablement à une cave servant de repaire secret ou bien masquant l’entrée d’un souterrain…
Zworg récupéra sa lance et sa dague. Il récupéra une plus petite et plus maniable par terre et la confia à Fanguarde en se demandant s’il s’agissait d’un voleur, ce qui expliquerait tout…
Ce dernier les devança d’ailleurs pour examiner l’escalier. Ce dernier était en bois, étroit, sombre et raide. Il débouchait sur une porte, fermée, et il n’y avait plus trace de l’homme que le nain avait combattu. Zworg n’était pas très sûr de ce que le nain recherchait… Peut-être était-ce le repère des brigands qui sévissaient et rackettaient dans ce quartier ?
Aucun bruit ne filtrait de derrière la porte. La serrure nécessitait une clé épaisse et était impossible à crocheter sans un matériel adéquat. De toute façon, ils n’avaient pas besoin d’entrer en douce vu qu’au moins deux individus, l’homme blessé et celui qui était tombé, devaient se trouver de l’autre côté.
Après quelques secondes d’hésitation générale devant la porte, Zworg, légèrement plié à cause du plafond bas, son bouclier collé contre sa poitrine et sa dague à la main, finit par l’enfoncer d’un violent coup de pied… La seconde suivante, un carreau vint se ficher dans son bouclier… et dans son avant bras juste derrière par la même occasion… Le tireur était tout près…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le_Serveur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 320
Localisation : Au fond de la Toile...
Date d'inscription : 14/05/2010

MessageSujet: Re: Retour à la conscience   Mer 6 Avr - 16:04

C'est alors que Grégory sentit cette affreuse impression d'avoir le cerveau parasité par un esprit inconnu. C'était le mode modérateur !
Il perdit rapidement conscience...

Apparemment, le chef du gang était un joueur, un "mauvais" joueur par conséquent.

La cave possédait un puits asséché qui donnait sur des galeries souterraines. Les deux bandits, dont le chef, tentaient de s'échapper en passant par là. Zworg, à présent sous le contrôle du serveur, dit aux autres que s'ils souhaitaient l'aider à attraper les fuyards, ils pouvaient sortir à la recherche des points de sorties des galeries, sinon ils pouvaient partir et vaquer à de meilleurs occupations.

Sans attendre, Zworg descendit dans le puits par l’échelle, avec quelques difficultés toutefois à cause de son étroitesse, puis poursuivit les brigands dans les galeries. En tant qu’extension du Serveur, il était inutile de tenter de le perdre dans ce réseau labyrinthique qu’il connaissait parfaitement.

Les deux brigands se séparèrent. Zworg poursuivit le chef et finit par le rattraper. Il n’entendit pas ses supplications et le neutralisa sans hésiter. Il avait à présent la main sur son esprit.

Reconfiguration… Reconfiguration terminée. Téléportation.

Le joueur se retrouva au milieu d’une cellule de prison de la ville, enfermé et inconscient. A son réveil, il aurait perdu un niveau et il y resterait deux jours avant de pouvoir sortir…

Quant à Grégory, il se réveillerait à nouveau dans le corps de Zworg, dans un endroit inconnu, sans se rappeler comment il était arrivé là, mais se souvenant parfaitement de tout le reste avant sa prise de contrôle par le Serveur.

_________________
"Vous êtes en mon pouvoir... Pour toujours et à jamais"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour à la conscience   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour à la conscience
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trepalovia :: Connection au Serveur :: Le monde de Trepalovia :: Le Vieux Grimoire-
Sauter vers: