Trepalovia

La vie n'est qu'un jeu... Mais quand celui-ci se transforme en cauchemar, les esprits s'éveillent
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lou Ronima / Fanguarde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fanguarde
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2007

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Lou Ronima / Fanguarde   Jeu 10 Mai - 19:26

Nom : Ronimar
Prénom : Lou

Pilou courait. Autour de lui défilaient des arbres centenaires alors que derrière lui progressait une mystérieuse présence. Son cœur battait la mesure de sa peur et son souffle traduisait l’effort que son corps fournissait pour le salut de son âme. Le martellement de ses pas sur le sol indiquait précisément son emplacement à son poursuivant aussi sûrement que s’il avait hurlé. Il regardait sans cesse en arrière pour tenter d’évaluer la distance qui les séparait et bien qu’il ne pût jamais l’apercevoir il savait que l’espace qui les séparait se réduisait, indéniablement.

Soudain le monde basculât et sa tête heurtât le sol mais le mouvement ne s’arrêta pas, et c’est l’esprit confus qu’il sentit son corps continuer sa course folle le long d’une pente qui lui semblait interminable. Enfin la chute s’arrêta, mais au prix d’une douleur supplémentaire qu’il ressentît au dos cette fois lorsqu’il vînt cogner contre un orme massif. Son esprit ne percevait plus rien sinon les douleurs de son enveloppe charnelle, cruelles morsures des éléments qui avaient déchirés sa peau. Il ne parvenait à mener un résonnement cohérent et il se sentit étrangement léger, une étrange torpeur l’envahit. Une porte s’ouvrit dans son esprit laissant s’échapper la brume et faisant apparaitre une idée plus claire que toutes celles qu’il pût avoir en cet instant : Ou était la présence??
Comme en réponse à ce questionnement il perçut le souffle rauque qui suit un violente effort, l’odeur putride d’une haleine habituée à se nourrir de chaire fraîche l’ombre froide que projette un corps massif partout où il va, enfin il sentit une fois de plus son corps hurler lorsque son dos déjà meurtrie heurta l’arbre derrière lui. Il entrouvrit les yeux et aperçut son bourreau.

Devant lui se trouvait un homme d’âge moyen et de taille plutôt petite. Il le dévisagea pendant un long moment et reconnu son prof de maths la mine sévère et réprobatrice, les mains placés sur ses hanches. Une des raisons pour laquelle Lou ne l’avait en premier lieu pas reconnu était du au fait que l’homme lui avait paru bien grand. Il s’aperçut très vite d’un bref coup d’œil aux alentours que s’était en fait lui qui était très petit car il ne se trouvait rien de moins qu’en position couché, sur le dos, le regard hagard, alors que ses camardes se tordaient de rire et que son professeur le dévisageait le visage empreint de gravité :
*Monsieur Ronimar quand donc pourrez vous… cesser de vous faire remarquer à chaque cours. C’est la troisième fois cette semaine que vous vous donnez en spectacle… ET CELA N’A RIEN DE DROLE !!* Tonna t-il à l’adresse des élèves qui recommençaient à s’esclaffer devant le comique de la situation.
Il reprit : *regagnez votre place et tachez de suivre au moins la fin du cou…*
DRRRRRRRINNNNNNNNNNNNNNGGGGGGGGGGGGGG
*hum… bon nous verrons la suite la prochaine fois* dit ‘il en s’adressant au reste de la classe vous pouvez sortir…
Les élèves se précipitèrent dehors, resté au sol, le dos endoloris par sa chute, Lou se redressa lentement. Il l’avait comprit à présent. Il n’avait pas fait une chute d’une trentaine de mètres entre des arbres, mais belle et bien de sa chaise ce qui faisait grosomodo une glissade de 30 centimètre mais douloureuse néanmoins.
Il se releva en se massant le dos et les avant-bras, rangea ses affaires et sortit de la classe après avoir prononcé un faible :
*Au revoir M’sieur*
Qui resta sans réponse.
Il rejoignît deux de ses camardes qui l’attendaient dans les couloirs et leur sourit en fredonnant :
Vivent les vents…
Vivent les vents…
Ils lui sourirent et il oublia de suite le « vent » qui lui avait une fois de plus envoyé son professeur.
- Tu devrais faire plus attention, Lou ça fait la deuxième fois ce mois-ci que tu t’endors en cours. Et comme si ça suffisait pas il a fallut que tu te mettes à crier « c’est lui!! c’est lui !! » et…
Mais il ne pu garder son sérieux et il éclata de rire en repensant à la scène. Bientôt les eux autres suivirent et leurs éclats de rire ne cessèrent que lorsqu’ils sortirent de l’établissement.
- Ha la vache !! Ça fait du bien… Vous allez où ??
- On prend le bus dans un quart d’heure.
- OK, je vais aller faire un tour en ville alors, mon train et dans une heure…
- DSL vieux...
- Pas grave…. A demain les gars.
Déambuler était son occupation favorite, son petit carnet à la main, stylo dans l’autre, il griffonnait une idée qui lui passait par la tête. Il marcha ainsi pendant un long moment son but précis ce qui, après tout était la définition de « déambuler ».
Cette activité permettait à sa souffrance, ou plutôt à son mal de vivre de s’écouler. Il avait le plus en plus le sentiment de ne vivre que pour ses idées, ces idées qu’il chérissait tant et qu’il aimait tant développer sous l’œil de lumière seul la nuit dans sa chambre. Il n’aimait rien de plus que rêvasser à d’autres lieux d’autres créatures que ces (stupides) humains qui ne pensaient qu’a s’entre tuer sans vraiment prendre le temps de se comprendre.
Le comble de l’Ironie était qu’il avait choisit des études Scientifique, une bêtise innommable à cause de laquelle il avait sacrifié ses études au profit de la vanité. Car il était vaniteux. Pourquoi ne s’accordait-il pas plus de crédibilité pourquoi n’avait-il pas plus confiance en ses propres choix ?? Toutes ses questions l’assaillaient comme autant d’insectes immortels qui vous tourneraient autour sans cesse, agaçants puis terriblement énervants et que seul un objet, un fait qui n’est pas en votre possession pourrait éliminer.
Il avait longtemps réfléchit pourtant, et il en était arrivé à la conclusion que ce monde n’était pas fait pour lui, point auquel on en vient après une succession de mauvais choix qui ne vous on été dictés que par vos aprioris et ceux de vos proches.
Son attention fût soudain attirée par l’étrange manège de deux personnages, de l’autre coté de la rue, tous deux vêtus de sombres atours. L’un des deux, un homme le visage en partie caché par un col haut était en train de discuter avec un homme massif à la carrure d’ours, le crâne luisant à la lumière du soleil. La discussion était houleuse et l’homme au col haut paraissait pressé d’entrer dans la petite ruelle sombre que protégeait le chauve.



Pilou était d’un naturel curieux et il sentit en lui monter cette irrépressible envie dans savoir plus, envie qui, soit dit en passant le prenait souvent, trop souvent. Il quitta le trottoir après avoir préalablement regardé à gauche et à droite et se dirigea droit sur la boutique juxtaposé à la ruelle. Il avait l’air d’être parfaitement décidé sur sa destination et arrivé devant la vitrine il fît mine de s’intéresser à son contenu en avançant progressivement vers les deux hommes qui semblaient toujours se disputer. Pour plus de crédibilité il sortit de sa poche un peu de son argent qu’il fît mine de compter tout en tendant l’oreille vers la conversation ,ainsi, il avait juste l’air d’un adolescent de 16 ans en train de compter son argent de poche pour acheter un superbe napperon brodé main à 50€ (super crédible), il entendit alors :
- J’ai besoin de me faire oublier…
- Dans ce cas par loin d’ici on veut pas de gens comme toi ici, et dégage de là ou je te taille un short, gringalet.
L’homme n’était pas spécialement petit, mais il était vrai qu’il paraissait maigrelet à proximité de l’ours à qui il tenait courageusement tête.
- Par ce que vous croyez que je ne le ferais si je le pouvais ?? Les frontières sont fermées pour les gens comme moi. C’est Sarkozy qui est passé mon vieux réveille toi !!
Voyant que l’ours ne s’était toujours pas décidé l’homme sortit de la poche intérieure de son manteau un objet que Pilou ne pu apercevoir. Mais l’instant d’après l’homme chauve balbutiait :
-Hé que ?!?
Mais trop tard. Il y eu deux coups de feux, masqués cependant par un silencieux (PIOU!! PIOU!!) et l’homme s’effondra à terre, deux balles dans le thorax. Pilou vit, terrorisé l’homme ranger son arme et trainer avec difficulté sa victime plus loin dans la ruelle. Le jeune garçon regarda, impuissant autour de lui pour voir si quelqu’un d’autre avait vu la scène, mais les badots continuaient leur route, trop préoccupés par leurs petits problèmes pour avoir entendu ne serai-ce qu’une bribe de ce qu’il venait de sa passer.
Il s’avança, doucement et jeta un œil dans la ruelle. Personne…
Mais… l’homme n’avait pas pu aller bien loin avec son lourd fardeau !!
Peut-être attendait-il dans un coin qu’un quelconque témoin vienne dans la rue pour le descendre à son tour. Il y avait la de quoi refroidir le plus courageux des garçons. Cependant quelque chose ne collait pas… Il n’y avait rien pour se cacher à par quelques sacs poubelles éventrés… Il avança doucement, en faisant attention de bien poser les pieds la ou il était sur qu’il n’y avait rien qui puisse le faire repérer à cause d’un bruit inopportun.
Il avança un peu plus… et… Le décor changeât. L’instant d’avant il n’y avait rien d’autre que des sacs poubelles, l’instant d’après un pouvait voir une rue bien éclairée quoique oppressante. Les ordures étaient entassées dans un conteneur qui ne devait pas être vidé depuis un moment et qui dégageait une violente de pourriture à vous donner la nausée.
Pilou regarda derrière lui et remarqua des projecteurs holographiques, quatre pour être plus précis, braqués sur la rue d’où il était venu. S’était pour cela qu’il n’avait rien vu !!
Les projecteurs devaient projeter en permanence une vidéo aussi vrai que nature pour masqué la véritable activité qui se menait dans la ruelle.
Il détourna les yeux de l’ingénieux dispositif et sans plus de question continua son expédition. Aux abords du conteneur l’air était irrespirable, surement pour désencourager d’éventuels fouineurs. Il en fallait plus, cependant pour faire faire demi-tour au jeune garçon dont le regard fût de plus attiré par une banale boite en carton, certes, mais dont les inscriptions ne le laissaient pas indifférent. Il y était écrit en grosses lettres :
TREPALOVIA
Trépalovia… S’était, il s’en souvenait très bien le jeu qui avait été interdit quelques mois plus tôt pour cause de défauts… On racontait que ceux qui avaient testé le jeu n’avaient jamais pu se déconnecter et que Trépalovia était alors devenu le monde d’attache de se que l’on appelait désormais : Les Non REVENUS. Voila qui était intéressant, il était tombé, complètement par hasard sur un réseau clandestin qui proposait aux gens (moyennent finances bien-entendu) un aller simple pour un nouveau monde. Peut-être ce monde représentait-il son salut ??
Il continua sa marche et arriva devant une porte close. Il colla son oreille sur le battant. Rien. Il tourna la poignée lentement et fît coulisser le battant. Il n’y avait toujours rien ni de vivant, ni de mort. Il referma la porte et ce retrouva plongé dans l’obscurité. Il sortit alors son portable d’une de ses poches et éclaira comme il le put son chemin avec la lumière que diffusait son écran alors qu’il progressait dans le bâtiment.
Il n’y avait pour ainsi dire personne dans cette partie-ci du bâtiment et Lou pouvait déambuler librement dans les couloirs humides aux murs décrépits.
Soudain il entendit dans voix venues de l’angle du mur, plus loin. Il s’approcha tout doucement et passa légèrement la tête derrière l’angle du mur. Son cœur se figeât. Il ce trouvait à l’entrée d’une très grande salle au plafond haut et à l’architecture romano-gothique. De la plus hautes des voutes descendait une chaine qui maintenait en l’aire un superbe Chandelier illuminé de par des centaines de bougies. Mais ce n’était pas l’architecture de la salle qui fît froid du dos de Pilou s’était plutôt les dizaines et les dizaines de corps qui était allongés sur des lits, les uns à coté des autres, un casque bleu ciel masquant leur crâne et leur visage. Un mouvement attira son regard vers un coin de la pièce et il aperçut des hommes en blouses blanche passer entre les rangés de lits, s’arrêtant au hasard pour examiner un corps. Ils s’arrêtèrent plus longuement devant un corps et le masquèrent à la vue de l’enfant pendant quelques instants. Il pu voir ensuite, que les deux hommes avaient retiré le casque et qu’il soulevait à présent le corps maigre et immobile. Ils reprirent leur chemin entre les lits, mais cette fois sans s’arrêter emmenant avec eux le mort, victime des folies d’un autre monde que le sien.
Il fallait immédiatement appeler les autorités, un tel endroit ne devait surement pas être légal. Il entreprit de faire demi tour mon son corps rebondit sur quelque chose de mou et l’instant d’après il sentit une force puissante lui écraser les épaules et le tourner vers son agresseur.
- Ho !! On dirait que nous allons avoir des ennuis
- Lâchez moi…vous… me faites mal !! suffoqua l’adolescent
- TTT. Non non non, je ne vais pas te laisser aller gambader partout dans la nature et raconter à tous les vents ce qu’il se passe ici ; nous somme bien d’accord ??
La question qu’avez prononcé l’hideux personnage et pour la pure forme et il sera encore plus l’épaule du garçon d’une puissance que ne laissait pas soupçonner ses longs bras décharnés. Il fît faire demi tour au garçon ce qui eut pour seul effet désirable de ne plus avoir à renifler l’odeur de cette bouche qui ne devait pas avoir rencontré madame brosse à dents depuis quelques années déjà. Il poussa le garçon devant lui et le fît pénétrer dans la grande salle.
A leur entrée les deux hommes en blouse blanches se retournèrent et demandèrent d’une seule voix :
- Des problèmes Igor ??
Des Jumeaux !!
- Pas spécialement messieurs. C’est juste ce petit gringalet qui à réussit à franchir l’hologramme de sécurité.
- Ha tient !! (Haussement de sourcils, toujours en cœur.) Et Grégoire est il toujours à son poste ??
- Je n’en sais rien messieurs…. Admit le dénommé Igor
- Allez vérifier, nous nous occupons de l’enfant…
S’occuper ?? qu’entendaient-ils par « S’occuper ».
-Suivez-nous, jeune homme.
Ce n’était pas un ordre, mais plutôt une invitation, une invitation à un sort moins terrible, peut-être que la mort. Les paroles qui suivirent (toujours en cœur) appuyèrent ses dires :
- Nous répugnons à tuer les gens. Mais vous comprendrez, poursuivirent t’ils sur un ton navré, que nous ne pouvons plus vous laisser sortir à présent.
Ils s’arrêtèrent devant le lit qu’ils venaient à peine de débarrasser de son cadavre. Le casque posé en son milieu.
Nous en sommes navré jeune homme mais...
L’un des deux pris le casque et l’autre immobilisa le garçon, si bien qu’il ne pu faire un geste. Il sentit son cœur s’emballer, la sueur perler à son visage et sur sa nuque, son corps trembler puis il vit le casque descendre lentement vers lui, semblant mettre des heures à venir à lui…
La lumière du jour se refusa à ses yeux…
CONNEXION…


Dernière édition par le Dim 27 Mai - 7:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanguarde
Âme en peine
Âme en peine
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2007

Feuille de personnage
Description:
Niveau:
3/10  (3/10)
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Lou Ronima / Fanguarde   Mer 16 Mai - 20:05

CONNECTING TO SERVEUR…


Quel est votre caractère…

Pilou peux être soit très joyeux et sortir des blagues pas drôles à tout va, soit très sérieux et renfermé sur lui-même, c’est soit l’un, soit l’autre. Son imagination débordante lui fait paraître bien pâle la vie de tous les jours et il aspire à une vie plus palpitante (ben tient…Il va être servit). Il préfère la réflexion et la finesse de la tactique plutôt que l’âpreur du combat. Combat qu’il préférerait éviter si possible. Il est également d’un naturel amical mais ne fait pas confiance avant de connaitre réellement la personne à qui il a à faire. Il s’en fera une amie, la manipulera ou bien lui fera clairement comprendre qu’elle n’est pas la bien venue à ses cotés sans arrières pensées qui il juge drument mais comme il semble être juste et selon son propre code de moral les gens qui l’abordent.

Choisissez votre personnage :

Pseudo : Fanguarde

Race : Nain

Classe : Mage

Alignement : Aucun, je me réserve le droit de juger comme bon me semble…

Niveau : 3

Fanguarde est petit et rablé, comme tous ceux de sa race il ne dépasse pas un mètre cinquante(sa changera Pilou de ses 1m94 et quelques...), il a une longue barbe rousse qui tranche étranchement avec ses grands yeux verts. Il est, à son arrivé dans le jeu vétu d'une cuirrasse de cuir (NONN?? c'est PAS VRAI??Shocked ) composé de multiples parties maintenues par des attaches de fer forgé.


Veuillez à présent choisir vos compétences…

Compétence n°1 : Boumbadaboum: Fangarde peut faire apparaître un petite bombe qui grossit au fur-et-à-mesure de son évolution dans le jeu.
Compétence n°2 : GROSCAILLOU: Fangarde peut alors courir très vite et défoncer un mur, ou alors sonner un ennemi et oui, nous les nains sommes taillés pour la vitesse, redoutables sur les courtes distances:D.
Compétence n°3 : Plus d'un tour dans son sac: Fangarde n'a pour seule arme un sac duquel il peut paut faire sortir de menu objets à ce niveau (lampe, coutelas, etc... sans qu'ils soient pour autant visibles. il n'a le droit de faire sortir qu'un objet par tour cependant et les objets à ce niveau
sont presque inofensifs. Il doit prononcer la formule suivante:
MIMIMATIE en pensant très fort à l'objet désiré pour utiliser cette compétence.

EN ATTENTE DU SERVEUR...


Dernière édition par le Jeu 31 Mai - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serveur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 174
Localisation : Au fond de la Toile
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: validation   Sam 31 Mai - 10:01

Validation en cours…


Citation :
Joueur

Nom : Validé
Prénom: Validé
Âge: Validé

Vie : Validé
Caractère : Validé

Personnage

Pseudo : Validé
Race: Validé
Classe: Validé
Alignement: Validé
Niveau: Validé

Description physique: Validé

Compétences:
Niveau 1 Validé
Niveau 2 Validé
Niveau 3 Validé

Entrée en Trepalovia…
Téléchargement
-------------------------------------------------------------------------------------------

Fanguarde ,Acceptée

Bon jeu , le Serveur

_________________
"Vous êtes en mon pouvoir... Pour toujours et à jamais"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trepalovia.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lou Ronima / Fanguarde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lou Ronima / Fanguarde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trepalovia :: Connection au Serveur :: Le monde de Trepalovia :: Données des joueurs :: Dans le jeu...-
Sauter vers: